Crise sanitaire et économique : Ces pénuries qui guettent la France - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 13 mai 2021

Crise sanitaire et économique : Ces pénuries qui guettent la France

Puces électroniques, bois, acier, plastique, colle, peinture… des pans entiers de l'économie sont à l'arrêt faute de matières premières. Conséquence, les prix flambent. Les particuliers vont le payer cher.

Crise sanitaire et économique : Ces pénuries qui guettent la France

Par : Frédéric Paya, Marie de Greef-Madelin | SOURCE : valeursactuelles.com

La situation est paradoxale… Au plus fort de la crise sanitaire, la France était à l’arrêt alors que les stocks des entreprises étaient au plus haut. Aujourd’hui, elle a redémarré mais des pans entiers de son industrie risquent de s’arrêter en raison de leurs stocks, qui sont vides. C’est la conséquence d’une pénurie mondiale sur certains composants essentiels. Pour les entreprises françaises, c’est le “double effet Kisscool” : elles n’ont pas ou très difficilement accès à certains produits dont les prix – ils répondent à l’implacable loi de l’offre et de la demande -connaissent des hausses exponentielles.

C’est exactement le cas dans la construction de logements. Face à une pénurie et à une flambée des prix, les professionnels s’alarment du marasme. « Sur les chantiers, on manque de tout : de bois, d’acier, de plastique et de PVC, d’isolants de mur, et même de peinture, s’inquiète Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB). La conjoncture est très négative pour l’ensemble des matériaux, sans parler du cuivre et des métaux non ferreux, qui subissent une très forte demande. » La situation est plus complexe qu’elle en a l’air, car l’acier n’est pas à proprement parler en situation de pénurie, mais il manque cruellement, qu’il s’agisse des tubes en acier ou des simples tôles. Son prix a quasi doublé en un an, passant de 600 euros la tonne à plus de 1 000 euros. Sur les produits en plastique, dérivés du pétrole, la hausse des prix atteint 50 %. Même ceux de la colle et de la résine augmentent. Quant aux peintures, outre la hausse de la demande mondiale, elles subissent une pénurie de pigments et d’additifs essentiels à leur fabrication. Coup sur coup, des usines ont été mises à l’arrêt, suite à des intempéries (gel) aux États-Unis et à des incendies en Chine.

Le bois, épine de plus dans la chaussure du ministère de l’Economie

Sur les chantiers, la principale inquiétude porte sur […] / [La suite est réservée aux abonnés.]   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub