Dijon : des militants écologistes réinvestissent un terrain, dix jours après avoir été chassés par la police - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 3 mai 2021

Dijon : des militants écologistes réinvestissent un terrain, dix jours après avoir été chassés par la police

Ce dimanche 2 mai, plus de quinze personnes ont réinvesti les jardins de l'engrenage, à Dijon, dix jours après leur expulsion manu militari par la police, après une décision de justice. Les membres du collectif entendent poursuivre leur lutte contre le projet immobilier en cours de développement.

Dijon : des militants écologistes réinvestissent un terrain, dix jours après avoir été chassés par la police

Par : V.A.

Ce dimanche 2 mai. L’ambiance est aux revendications : « Aux jardins de l’engrenage, on sème encore ». Le collectif est en effet venu replanter des fleurs, des légumes et leurs protestations, dans les jardins situés sur l’avenue de Langres, à Dijon. Le 20 avril dernier, un équipage de gendarmerie s’était pourtant déployé pour expulser ces militants et des tractopelles avaient démarré de déblaiement du terrain. « Toutes les planches de culture ont été ravagées. L’idée aujourd’hui c’est de profiter du travail formidable qui a été effectué cette semaine par des gens qui sont venus remettre en état les planches de culture, pour semer à nouveau » justifie Guillaume, membre du collectif des jardins de l’engrenage, un brin narquois, à France 3 Bourgogne Franche Comté.


Le combat continue

Des batailles violentes ont eu lieu avec la police il y a près de dix jours et plusieurs personnes ont été interpellées. Mais le collectif souhaite continuer sa lutte contre le projet immobilier qui prévoit la construction d’un immeuble d’habitation, baptisé « Garden State ». « Le combat n’a jamais cessé et ça n’est pas nous qui déterminons le degré de violence. On a toujours essayé de défendre ces jardins et malheureusement on a subi une attaque d’une violence inouïe avec des moyens disproportionnés. Notre idée est de défendre cette terre et tous les espaces non encore bétonnisés dans Dijon contre la politique mortifère de la mairie », poursuit Guillaume. De son côté, le maire de Dijon, François Rebsamen, indique que la ville continuera à préserver les terres agricoles en évitant l’étalement urbain. […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub