Dissolution de Génération identitaire : l’association conteste la décision devant le Conseil d’Etat - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

dimanche 2 mai 2021

Dissolution de Génération identitaire : l’association conteste la décision devant le Conseil d’Etat

Le groupuscule a notamment rejeté l’idée selon laquelle il inciterait à la haine en liant l’immigration et l’insécurité en France.

Dissolution de Génération identitaire : l’association conteste la décision devant le Conseil d’Etat

Par : V.A.

Génération identitaire n’a pas dit son dernier mot. Vendredi 30 avril, l’association a déposé un recours pour « excès de pouvoir » auprès du Conseil d’Etat afin de contester sa dissolution. Un référé-suspension a aussi été déposé pour interrompre d’urgence la démarche, relate Le Point.

« Interpeller » sur des questions d’actualité

L’avocat de Génération identitaire, Me Robillot, a écarté l’idée selon laquelle le groupuscule inciterait à la haine en liant notamment l’immigration et l’insécurité : « Le lien entre immigration et terrorisme, et plus globalement l’insécurité, est quelque chose qui fait partie du débat public et politique. » Le pénaliste a ainsi listé le nom de plusieurs personnalités politiques – comme Emmanuel Macron ou Christian Jacob – qui avaient déjà abordé cette problématique sans que cela leur soit reproché. Me Robillot préférerait parler d’une « position ferme et dure » de la part de Génération identitaire en écartant « les considérations humanitaires pour faire prévaloir la sécurité des gens qui sont sur le territoire français ». Cela consisterait seulement à « interpeller » le public sur des questions d’actualité, relaie Le Point.

Ses slogans pointés du doigt

Mais cet avis est loin d’être partagé par le camp d’en face. « Pour Génération identitaire, tout immigré est une personne violente en puissance et susceptible de passer à l’acte. Il y a un lien automatique entre violence, immigration et insécurité », a pointé, lors de l’audience, la directrice adjointe des affaires juridiques au ministère de l’Intérieur, Pascale Léglise. Comme le rapporte Le Point, elle a donné pour exemple les différents slogans utilisés par Génération identitaire lors de ses actions au fil des années : « On les accueille, ils nous égorgent », « immigration, invasion », « quand tu sors de chez toi, tu n’es plus en sécurité » ou encore, « la racaille peut frapper ».

Le gouvernement accuse Génération identitaire d’« incitation à la discrimination, à la haine et à la violence » mais aussi de « volonté d’agir en tant que milice privée ». Gérald Darmanin avait pris connaissance d’une récente action de Génération identitaire dans les Pyrénées. Baptisée « Defend Europe », une trentaine de militants identitaires s’étaient déployés entre Luchon (Haute-Garonne) et la frontière espagnole, le 19 janvier dernier, afin de surveiller cette dernière et d’éviter « un risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées ». Le 26 janvier, le ministre de l’Intérieur s’était déclaré « particulièrement scandalisé par le travail de sape de la République de [ses] militants ». Le locataire de la place Beauvau avait par la suite indiqué qu’il avait demandé à son ministère de réunir tous les éléments permettant de proposer la dissolution du mouvement, et qu’il le ferait « dans le cadre des lois et règlements de la République » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub