Église de la Ferrière-de-Flée (49) : une destruction qui cache la forêt ? - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 11 mai 2021

Église de la Ferrière-de-Flée (49) : une destruction qui cache la forêt ?

À la Ferrière-de-Flée dans le nord du Maine-et-Loire, l'église est menacée de destruction. Après elle, quatre églises seraient dans le viseur de la communauté de communes de Segré-en-Anjou-Bleu.

Église de la Ferrière-de-Flée : une destruction qui cache la forêt ?

Par : Henri Darrigrand V.A.

Est-ce une trace laissée par la chouannerie et les guerres de Vendée ? En Anjou, la question religieuse enflamme assez vite les esprits. Alors qu’une des églises du pays a déjà été détruite et qu’une autre ne doit sa survie qu’à la mobilisation des villageois, le sujet prend une dimension patrimoniale et politique qui dépasse de loin le cadre religieux. Entre accusations et démentis, la question se fait particulièrement épineuse à l’approche des élections locales.

Les rumeurs bruissaient depuis plusieurs semaines dans les villages du segréen, mais c’est Julien Lepage, président de SOS Calvaires, une association locale qui œuvre à la défense et à la restauration des chapelles et calvaires, qui a le premier mis les pieds dans le plat, dans une vidéo publiée sur YouTube avec Gregory Roose, en annonçant la volonté de la communauté de communes de détruire cinq églises du segréen. « Au début, une dame proche d’élus municipaux de l’opposition m’a appelée catastrophée pour me dire que j’avais raconté n’importe quoi. Cela m’a déstabilisé, car j’étais sûr d’avoir des sources fiables. Quelques jours après, mes inquiétudes étaient hélas confirmées sur RCF par Paul Iognat-Prat, délégué départemental de la fédération Patrimoine Environnement », confie Julien Lepage.

En effet, mercredi 5 mai sur l’antenne de la radio chrétienne, le responsable de la Fédération Patrimoine environnement annonce avoir des informations selon lesquelles l’église de la Ferrière-de-Flée ne serait pas la seule menacée. Selon lui, l’église de Marrans, de Louvaines, Saint-Joseph de Segré et Notre-Dame du Pinellier seraient. Geneviève Coquereau, maire de Segré, avait décliné l’invitation sur les ondes « pour des raisons d’agenda ». Cependant elle a tardé à réagir aux accusations portées contre la municipalité. Il faut dire qu’elle ne décide pas seule et hérite des dossiers de Gilles Grimaud, passé président de la communauté de communes après avoir été maire de Segré durant 20 ans, mais également candidat déclaré à sa réélection comme conseiller départemental sur le canton en juin prochain. Pour certains acteurs locaux, « c’est lui qui désire détruire ces églises », officiellement pour des raisons budgétaires, officieusement par antichristianisme. Et pour cause : la sauvegarde de ces édifices coûterait 30 millions d’euros selon les autorités locales. Lorsqu’il était à la tête de la commune, Gilles Grimaud (Divers droite) a fait détruire l’église de St […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub