Fin du ramadan dans les Alpes-Maritimes : face à l’afflux dans les mosquées, les femmes appelées à rester à la maison - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 13 mai 2021

Fin du ramadan dans les Alpes-Maritimes : face à l’afflux dans les mosquées, les femmes appelées à rester à la maison

La contrainte sanitaire oblige les musulmans à adapter l’accès aux mosquées pour pouvoir fêter l’Aïd, la fin du ramadan. Craignant des débordements, certains ferment les lieux, d’autres prient les femmes de rester à la maison.

 Fin du ramadan dans les Alpes-Maritimes : face à l’afflux dans les mosquées, les femmes appelées à rester à la maison

Par : V.A.

Alors que les catholiques célèbrent, ce jeudi 13 mai, la fête de l’Ascension, le calendrier musulman pointe également cette année à cette date un jour particulier. C’est l’Aïd el-Fitr, la fête de clôture du ramadan, habituellement un grand moment de joie pour les musulmans. Mais comme le rapporte Nice-matin, cette année les réjouissances sont compliquées par les mesures sanitaires qui interdisent les rassemblements. « C’est un casse-tête », se désole Mohamed Chatti, recteur de la salle de prières de Bon-Voyage à Nice-Est. Car en plus du covid, le ministre de l’Intérieur aurait demandé aux préfets de ne pas « prêter » de salles aux musulmans, comme cela se fait habituellement. « C’est très compliqué, beaucoup ne comprennent pas la situation », regrette le responsable. Il y a aussi cette crainte très politique que des débordements soient instrumentalisés à des fins électorales…


Agissez, Mesdames et Messieurs ► JE SIGNE L'APPEL DES MILITAIRES!


Annulations et fermetures

Le risque d’afflux de fidèles, malgré les contraintes, conduit nombre de mosquées à fermer leurs portes, alors que « l’Aïd est aux musulmans l’équivalent de Noël pour les catholiques », comme le rappelle le fondateur et président d’honneur de la fédération azuréenne des mosquées indépendantes (Fami), Mohamed Djadi. Pour un autre responsable cannois, « préserver la vie humaine et la santé passe avant certaines pratiques cultuelles ». En conséquence, à Nice un service d’ordre est prévu pour faire respecter les mesures sanitaires, et empêcher un trop gros rassemblement. Mais comme le confie le vice-président du conseil religieux du culte musulman (CRCM) Boubekeur Bekri, « garantir à 100% qu’il n’y aura pas de prières de rue est impossible ».

Les femmes à la maison ?

C’est une solution avancée dans un communiqué du conseil des mosquées du Rhône, qui fait polémique. Les responsables musulmans y demandent aux « femmes de ne pas se rendre aux mosquées pour les prières de l’Aïd ». Dans les Alpes-Maritimes, c’est seulement à l’oral que les imams rappellent, embarrassés, que « Le Coran dit qu’elle peuvent prier à la maison ». Un responsable niçois tente de s’expliquer à Nice-matin : « Ce sont nos propres filles qui sont exclues, c’est dur mais comment faire ?  Soit, on annule tout et c’est un vrai scandale. Soit, elles ne viennent pas… » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub