“Injure”, “mots grossiers” : Twitter va inciter les utilisateurs à réécrire leurs messages - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 7 mai 2021

“Injure”, “mots grossiers” : Twitter va inciter les utilisateurs à réécrire leurs messages

Twitter est en en train de tester une intelligence artificielle qui identifiera les contenus grossiers ou insultants. Mais l’utilisateur restera libre de le publier.

“Injure”, “mots grossiers” : Twitter va inciter les utilisateurs à réécrire leurs messages

Par : V.A.

Fichtre ! Zut ! Saperlipopette ! On s’habituera peut-être bientôt à un langage plus châtié sur Twitter, le réseau social cherchant à limiter les gros mots. Anita Butler, directrice conception de produit au sein de la firme a expliqué, mercredi 5 mai sur son blog, comment Twitter compte réduire la vulgarité des posts, relève Le Figaro.


Le réseau social mise depuis plusieurs mois sur l’intelligence artificielle pour limiter les contenus haineux ou injurieux, tout en jonglant avec la sacro-sainte liberté d’expression. Difficile donc d’imaginer la censure automatique d’un message sous prétexte qu’il contiendrait une grossièreté. Twitter mise davantage sur la prévention. L’I.A devra ainsi repérer les messages litigieux et ensuite avertir l’utilisateur du caractère insultant. Il restera cependant parfaitement libre de le publier malgré tout. Le recours à des algorithmes de pointe doit permettre à Twitter de faire la différence entre un contenu humoristique ou ironique et une réelle agression.

Est-ce réellement efficace ? Les tests montrent des résultats assez encourageants. Selon Anita Butler, environ un tiers des personnes qui ont été alertées ont finalement décidé de modifier leur tweet avant de l’envoyer. Largement critiqué pour son défaut de contrôle dans les contenus haineux, Twitter mise beaucoup sur le « machine-learning » ainsi que sur un système qui tiendrait davantage compte des choix de l’utilisateur […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub