La secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher accusée d’employer illégalement son concubin - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 26 mai 2021

La secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher accusée d’employer illégalement son concubin

Celle qui est aussi candidate aux régionales dans les Hauts-de-France a récemment emménagé avec son compagnon, qui est aussi son chef de cabinet. Une pratique interdite.

Image/photo

Par : V.A.

Agnès Pannier-Runacher a-t-elle joué avec les règles ? Lundi 24 mai, le site Politico a accusé la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie d’employer illégalement l’ancien député socialiste Nicolas Bays, son compagnon, avec qui elle a emménagé à Lens, dans le Pas-de-Calais, alors qu’il est son chef de cabinet à Bercy. Or, la loi sur la transparence de la vie publique, votée en 2017, interdit aux membres de l’exécutif de « compter parmi les membres de son cabinet son conjoint […] ou concubin. Le manquement à ces obligations est passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende », rappelle Le Parisien.

Dès lors, Agnès Pannier-Runacher pourrait avoir contourné les règles en vigueur. Une accusation dont elle s’est défendue sur RTL, lundi soir. « Je suis complètement en règle avec le droit. […] Mon conjoint ne travaille plus pour moi », a-t-elle certifié. Et si la secrétaire d’Etat ne conteste pas le fait que son compagnon a bien continué à travailler après le 9 mai, elle explique qu’il l’a fait… « gratuitement ».

Une photo embarrassante

Agnès Pannier-Runacher a en effet déclaré un lieu de résidence chez son compagnon, dans le Pas-de-Calais, le 9 mai dernier, la veille des dépôts des listes pour les régionales. Une élection pour laquelle la secrétaire d’Etat est candidate en dernière position sur la liste LREM dans les Hauts-de-France, malgré son manque criant d’attaches locales. Tous deux ont « pris ensemble la décision d’une vie commune », souligne Politico. Dans les faits, Nicolas Bays aurait donc dû mettre un terme à ses fonctions le 9 mai. Seulement, le jour de la réouverture des terrasses le 19 mai, la secrétaire d’Etat a publié une photo d’elle « avec son équipe » attablés dans un café. Nicolas Bays en faisait partie. De plus, Politico affirme que le départ de l’ancien député n’était pas prévu avant le 21 mai, jour de l’envoi d’un message d’adieu de ce dernier à des collègues.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub