Les pêcheurs français en colère face aux restrictions imposées par les Britanniques - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 5 mai 2021

Les pêcheurs français en colère face aux restrictions imposées par les Britanniques

Dans le cadre des accords post-Brexit, les autorités de Jersey ont imposé de nouvelles mesures. La colère monte parmi les pêcheurs bretons et normands qui se sentent lésés.

Les pêcheurs français en colère face aux restrictions imposées par les Britanniques

Par : .V.A.

Lundi 3 mai, les pêcheurs se sont réunis pour échanger au sujet de leurs nouvelles autorisations de pêche dans les eaux de Jersey. Celles-ci suscitent déjà des mécontentements à cause de leur manque de cohérence. « Ces autorisations de pêche sont incohérentes. Sans explication, les autorisations varient de 7 à 170 jours de pêche par an par bateau. Un caseyeur pêchant bulots et homards s’est retrouvé avec une autorisation que pour les bulots », indique un groupe de pêcheurs à nos confrères de Ouest-France. Après avoir échangé avec le directeur adjoint de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), les pêcheurs sont effondrés. La décision de Jersey est irrévocable. « Il nous a confirmé que Jersey était souverain dans ses décisions. Leurs décisions risquent d’être irréversibles », explique Romain Davodet, pêcheur de Carteret.

Des décisions écologistes et un impact économique certain

La décision de Jersey a un impact majeur pour la filière et pour l’économie de la région car 250 bateaux concernés ça correspond à 900 familles et près de « 2 000 emplois à terre ». La menace est de taille et déjà les pêcheurs pointent la responsabilité du gouvernement de Jersey. « Jersey est parasitée par une frange extrémiste emmenée par le ministre de l’Environnement, John Young, et le directeur du comité des pêches local, Don Thompson. Tout ce qu’ils veulent, c’est voir l’effort de pêche français réduit et ils profitent du Brexit. Si on veut la paix préparons la guerre… Si on veut mettre la pêche de Jersey à genoux, on peut le faire. » D’autres espèrent que cette humiliation ressentie par les pêcheurs « ne devienne pas une humiliation pour la France et l’Europe » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub