Lyon (69) : des dizaines de tentes de migrants plantées dans un parc public - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 30 mai 2021

Lyon (69) : des dizaines de tentes de migrants plantées dans un parc public

Les clandestins ont lancé une procédure pour faire reconnaître leur minorité et pouvoir être hébergés pas la ville.

Image/photo

‏ L'ACTUALITÉS : FRANCE   | BRETAGNE   | EUROPE   | INTERNATIONAL   | FAITS DIVERS

Par : V.A.

Au beau milieu du square Hénon, situé dans le 4e arrondissement de Lyon, une vingtaine de migrants ont installé leurs tentes. France 3 indique qu’ils viendraient notamment d’Afrique subsaharienne et d’Afghanistan, et qu’ils affirmeraient être âgés de 16 à 17 ans. Pourtant, la métropole de Lyon aurait jugé qu’ils étaient majeurs, et qu’ils ne pouvaient donc pas bénéficier des dispositifs d’aide sociale à l’enfance destinés aux mineurs isolés. Les clandestins ont contesté cette décision, et ont intenté un recours pour faire reconnaître leur minorité. En attendant, ils déplorent de n’avoir nulle part ailleurs où loger. C’est pourquoi ils ont investi le parc public lyonnais. La procédure en cours peut prendre jusqu’à huit mois.

Des riverains partagés

Si la métropole de Lyon a récemment débloqué une cinquantaine de places supplémentaires pour les mineurs isolés, mais le dossier des migrants du parc Hénon ayant été rejeté, la Ville ne peut cependant pas leur accorder des places d’urgence. Les associations d’aide aux réfugiés ont regretté cette situation. « On est obligé de créer des campements, de relancer des hébergements citoyens et on craint de voir apparaître encore d’autres campements à cause du manque d’hébergement », a dénoncé Benjamin Frerot de l’association l’Amie (Accueil des mineurs isolés étrangers). Par ailleurs, des habitants se sont aussi organisés pour apporter de la nourriture et ouvrir leurs portes pour permettre aux migrants de prendre leur douche. En revanche, d’autres riverains sont inquiets de voir apparaître ces tentes dans leur quartier.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub