Manif des policiers : près de 74% des fonctionnaires d’active prêts à voter RN en 2022 - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 19 mai 2021

Manif des policiers : près de 74% des fonctionnaires d’active prêts à voter RN en 2022

Un sondage Cevipof commandé par France inter, et diffusé le lundi 17 mai, révèle que 60% des policiers s’apprêtent à voter Rassemblement national (RN) en 2022. Un chiffre qui s’élève à 74% chez les agents en activité.

Manif des policiers : près de 74% des fonctionnaires d’active prêts à voter RN en 2022

Par : V.A.

Tout se passe comme si la vie sur le terrain tendait à valider les thèses de Marine Le Pen et du Rassemblement national (RN). C’est ce que révèle un sondage mené par le Cevipof – Centre de recherches politiques de Sciences Po – pour le compte de France inter, diffusé lundi 17 mai. Selon les données collectées, la part de policiers déterminés à glisser un bulletin RN dans l’urne a augmenté en quelques années. En 2017, 57% des policiers et militaires signalaient ce positionnement idéologique. Désormais, ils sont 60% de policiers (sans militaires) à vouloir faire ce choix en 2022. Un chiffre encore plus important pour ce qui concerne les policiers actifs, qui sont 74% à vouloir voter Marine Le Pen d’ici un an. Selon Luc Rouban, qui a collecté les données pour le Cevipof, ce résultat n’a rien de surprenant : « De nombreux policiers disent qu’ils arrêtent dix fois la même personne dans la rue et que celle-ci recommence ses méfaits. Il y a un phénomène de grande fatigue professionnelle et de déception. »

Le blues des hommes en bleu

« Les policiers de terrain ont le sentiment d’être des boucs émissaires », poursuit Luc Rouban. Une analyse qui rejoint celle de Cyril Hemardinquer, policier de 38 ans devenu, en septembre dernier, délégué départemental du RN dans le Loiret. Contacté par France inter, celui-ci affirme comprendre ses collègues tentés par le vote mariniste. « Dès que le gouvernement prend des directives qui ne plaisent pas à une portion de la population, celle-ci s’en prend aux présents », confie celui qui souligne la fatigue des policiers, cibles « des attentats, de la délinquance et de la vindicte populaire ». C’est cette fatigue nerveuse qui expliquerait, selon Cyril Hemardinquer, que les policiers souhaitent se tourner « vers un politique qui est prêt à prendre en compte sa détresse sur le plan humain, matériel et financier ». De quoi faire gagner Marine Le Pen en 2022 ? […]

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub