Marseille : le nom d’une école passe du maréchal Bugeaud au caporal Ahmed-Litim - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 28 mai 2021

Marseille : le nom d’une école passe du maréchal Bugeaud au caporal Ahmed-Litim

L’école Bugeaud sera rebaptisée école Ahmed-Litim, en hommage à un tirailleur algérien tombé en Provence en 1944. Un débat d’historiographie qui interroge sur notre rapport au passé.

Image/photo

‏ L'ACTUALITÉS : FRANCE   | BRETAGNE   | EUROPE   | INTERNATIONAL   | FAITS DIVERS

Par : V.A.

La question est mémorielle. Le maire PS de Marseille, Benoît Payan, a proposé le 21 mai dernier à ce que soit renommée l’école Bugeaud, du nom du maréchal promu par Louis-Philippe en 1843 et personnage clef de la colonisation de l’Algérie, au profit du caporal Ahmed-Litim, tirailleur algérien mort pendant les combats de libération de la Provence, sur les pentes de la colline de la Garde. Les débats du conseil municipal, rapportés par le quotidien La Provence, traduisent bien la controverse idéologique qui se joue autour de l’histoire de France. Le maréchal Bugeaud, a expliqué Benoît Payan, fut acteur de la « traque sauvage, sanglante en brûlant les terres et les villages » de la conquête de l’Algérie. « Rien dans l’histoire de Bugeaud n’a le début du commencement de la gloire », a-t-il jugé. Et de rappeler qu’en 1845, Bugeaud « ordonna que l’on enfume les grottes où avaient trouvé refuge des combattants mais aussi des femmes et des enfants ». Par opposition, le caporal Ahmed Litim est une « mémoire (qui) nous permet de faire œuvre d’histoire ».

La marche de la « cancel culture »

Si le terme de « cancel culture » n’a pas été utilisé, La Provence le rapporte volontiers en toile de fond des débats menés par la droite du conseil municipal. Car c’est la crainte que figure ce changement de nom : vouloir réécrire l’histoire à l’aune de l’idéologie. Le député (LR) Guy Teissier, par ailleurs colonel à titre honoraire, n’a pas tranché entre les deux militaires, qui répondaient aux ordres de l’armée. « Ils étaient tous les deux soldats. Et quand vous êtes un soldat, vous obéissez au pouvoir », a-t-il indiqué, avant d’ajouter qu’il y a aussi « une place à Marseille du nom d’un psychopathe aux mains pleines de sang, Robespierre ». Il a ainsi proposé d’ « attendre d’inaugurer une nouvelle école pour lui donner le nom d’Ahmed-Litim. » De leur côté, les élus du RN y ont vu une manœuvre idéologique : « Il faut rendre hommage sans communautarisme ni électoralisme, accuse-t-il. Vous êtes dans l’idéologie et pas dans l’idée de servir », a martelé Stéphane Ravier, conseiller municipal. Le RN a voté contre, certains élus LR aussi.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub