Nice : Estrosi menacé de mort après avoir fait hisser le drapeau d’Israël sur la mairie

Comme le rapporte Nice-Matin, le maire de Nice a été la cible de menaces après avoir publiquement témoigné son soutien à Israël en plein conflit avec le Hamas.

Nice : Estrosi menacé de mort après avoir fait hisser le drapeau d’Israël sur la mairie

Par : V.A.

Son tweet a entraîné une déferlante de commentaires. Près de 2 000. Samedi dernier, Christian Estrosi a posté sur le réseau social une photo du fronton de la mairie de Nice (Alpes-Maritimes) après y avoir fait hisser le drapeau israélien. La photo était accompagnée des mots suivants : « Face au terrorisme du Hamas, toutes nos pensées et notre soutien à Israël ». Ce post de l’élu niçois n’a pas laissé indifférent en pleine escalade militaire entre Israël et le Hamas. L’ancien membre des Républicains aurait ainsi été visé par des menaces de mort.


Amazon Soutient les TPE et PME françaises ► Découvrez ici les produits vendus par des entreprises et commerçants français sur Amazon


Ces menaces auraient également visé son épouse. Le maire de Nice a fait savoir qu’il avait engagé plusieurs procédures devant les tribunaux. Comme le rappelle Ouest France, Christian Estrosi avait également eu des mots à l’attention du peuple palestinien, dans un autre tweet. « Et toutes nos pensées aux Palestiniens qui ne sont que les otages d’un groupuscule terroriste, le Hamas », avait-il écrit. 200 personnes se sont réunies à Nice le week-end dernier, malgré l’interdiction de la Préfecture en raison « du risque de trouble à l’ordre public », pour apporter leur soutien aux Palestiniens […]

  SOURCE : valeursactuelles.com


Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

[VIDEO] - L'auteur britannique Salman Rushdie poignardé sur scène lors d'une conférence

Johanna Clermont : qui est le nouveau visage de la chasse en France?

L’inflation atteint 6,1 % en juillet en France, un record depuis 1985

L’ex-ministre Emmanuelle Wargon recasée dans une commission malgré le vote contre des parlementaires