[Père Danziec] Ah, si seulement nous pouvions revivre au Moyen-Age ! - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 29 mai 2021

[Père Danziec] Ah, si seulement nous pouvions revivre au Moyen-Age !

La récente sortie du président de la République sur les temps moyenâgeux que nous traverserions de nouveau donne l’occasion à notre chroniqueur, le Père Danziec, de démonter les poncifs au sujet de la période médiévale. L’ensauvagement et le délitement actuels n’invitent-ils pas à davantage d’humilité quant aux temps, supposés obscurs, du passé ?

Image/photo

‏ L'ACTUALITÉS : FRANCE   | BRETAGNE   | EUROPE   | INTERNATIONAL   | FAITS DIVERS

Par : V.A.

Au début de l’année 1993, lorsque Les Visiteurs s’affichaient dans les salles de cinéma et faisaient rire la France entière, Emmanuel Macron avait tout juste 15 ans. L’adolescent qu’il était a-t-il pris au pied de la lettre les clichés forcés sur cette période historique et qui participaient à la drôlerie du film ? Au regard de l’interview fleuve que vient d’accorder au trimestriel Zadig celui qui est devenu depuis le Président de la République, il semble que oui. Selon le chef de l’Exécutif : « On revit des temps au fond très moyenâgeux : les grandes jacqueries, les grandes épidémies, les grandes peurs »… Jacquouille la fripouille, sors de ce corps !

« L’adjectif péjoratif “moyenâgeux renvoie à une vision très datée du Moyen Âge, à une historiographie impressionniste et périmée »

Dans le FigaroVox, Hubert Heckmann, maître de Conférences en littérature médiévale à l’Université de Rouen, ne manque pas de souligner que la comparaison historique est un exercice éminemment rhétorique qui en dit davantage sur les intentions de celui qui s’y livre que sur les époques que l’on met en balance. « Son propos n’est pas historique, mais polémique : plutôt que le terme “médiéval”, qui est neutre et qu’utilisent les historiens, il emploie l’adjectif péjoratif “moyenâgeux”. Ce tableau renvoie à une vision très datée du Moyen Âge, à une historiographie impressionniste et périmée ». Cette représentation caricaturale du Moyen-Âge laisse entendre que le monde était alors rempli d’ignorants, dont la vie était dure, le quotidien sale, traversé par une violence sans nom et un droit de cuissage généralisé. Régine Pernoud et d’autres médiévistes à sa suite ont consacré leur vie à démonter ces poncifs, plus grossiers les uns que les autres, et qui, pourtant, sont repris par celui-là même qui se trouve au sommet de l’Etat.

Des Très Riches Heures du Duc de Berry à l’écriture inclusive

Dans le sillage du bandeau du dernier livre de Patrick Buisson « La fin d’un monde », l’actualité nationale tendrait plutôt à nous faire murmurer : « Ah, si seulement nous […]

  SOURCE : valeursactuelles.com [La suite est réservée aux abonnés.]


Bas Pub