Pour son mi-mandat, la maire de Chicago n’accepte plus que des interviews avec des journalistes de couleur - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 20 mai 2021

Pour son mi-mandat, la maire de Chicago n’accepte plus que des interviews avec des journalistes de couleur

Pour marquer ses deux ans en tant que maire de Chicago, Lori Lightfoot a rappelé que la “diversité et l’inclusion” doivent être obligatoires y compris “dans les médias”.

Pour son mi-mandat, la maire de Chicago n’accepte plus que des interviews avec des journalistes de couleur

Par : V.A.

« Je me suis présentée pour briser ce statu quo. » La maire démocrate de Chicago, aux Etats-Unis, est allée droit au but. Lori Lightfoot a jugé « dommage » qu’en 2021, les journalistes présents aux conférences de presse de la mairie de Chicago soient « majoritairement blancs », relaie la chaîne américaine NBC 5 Chicago, mercredi 19 mai. De ce fait, elle a averti qu’elle accordera « exclusivement des entretiens avec des journalistes de couleur ».


« Un déséquilibre qui doit changer »

Alors qu’elle célèbre bientôt deux ans de mandat, Lori Lightfoot a tenu à rappeler ce pourquoi elle est entrée en campagne : « La diversité et l’inclusion doivent être obligatoires dans toutes les institutions y compris dans les médias. Pour avancer, nous devons changer », a-t-elle écrit dans une série de tweets, mercredi 19 mai. La première maire noire et homosexuelle de Chicago a ainsi déclaré qu’elle comptait « prioriser les demandes de médias venant de journalistes de couleur à l’occasion des deux ans » de son investiture. « C’est un déséquilibre qui doit changer. Chicago est une ville internationale. Nos médias locaux devraient refléter les multiples cultures qu’elle comprend. » Lori Lightfoot a confirmé cette nouveauté dans un communiqué relayé par la chaîne de télévision NBC 5 Chicago. Elle a ainsi promis : « J’accorderai exclusivement des entretiens avec des journalistes de couleur. »

Cette décision a rapidement posé problème. Le journaliste américain auprès du Chicago Tribune, Gregory Pratt, s’est notamment plaint sur Twitter : « Je suis un reporter Latino. Une interview était prévue aujourd’hui. Cependant, j’ai demandé au bureau du maire d’abandonner ses conditions (concernant la couleur de peau du journaliste, ndlr). Quand ils ont refusé, nous avons poliment annulé notre rendez-vous. Les politiques n’ont pas à choisir qui les couvre. » L’association nationale des Journalistes Hispaniques a aussi condamné cette décision dans un communiqué de presse : « Toute action, qui menace le pilier majeur de notre démocratie et des droits du Premier Amendement, est inacceptable. » […]

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub