Quand la folie transgenre s’attaque aux enfants… - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 28 mai 2021

Quand la folie transgenre s’attaque aux enfants…

Confrontée à la multiplication des cas de “dysphorie de genre” chez les enfants, la France répond presque systématiquement à une détresse réelle en proposant le changement de sexe social. L'exemple américain devrait pourtant nous inciter à la plus grande prudence.

Image/photo

‏ L'ACTUALITÉS : FRANCE   | BRETAGNE   | EUROPE   | INTERNATIONAL   | FAITS DIVERS

Par : Charlotte d'Ornellas / V.A.

Intitulé Trans Kids : it’s Time to Talk, le documentaire, diffusé en 2018, est né de l’expérience de son auteur, la psychothérapeute britannique Stella O’Malley. Née dans les années 1970 à Dublin, la fillette se vivait comme un garçon. Aujourd’hui femme et mère, Stella O’Malley remercie le Ciel : « Si j’étais née trente-cinq ans plus tard, je suis certaine que j’aurais été cet enfant qui va sur Internet, qui choisit de recevoir des traitements hormonaux et qui transitionne, j’en suis sûre. » C’est pour ces enfants d’aujourd’hui qu’elle a décidé de parler, certaine d’une chose : « On les égare. Je crois qu ‘ils sont perdus et je crois qu’on les égare. »

Qui donc serait ce « on » ? Le discours militant qui pénètre, sans nuance ni prudence, la société tout entière par l’école, les médias, les réseaux sociaux ou les discours de personnalités très suivies. Comment a-t-on changé d’époque à ce sujet ? Pour le Dr Christian Flavigny, ancien directeur du département de psychanalyse de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Salpêtrière et auteur d’ Aider les enfants “transgenres” (Pierre Téqui Éditeur), ces phénomènes « ont pris une dimension nouvelle du fait de l’engouement anglo-saxon pour les techniques médicales qui sont apparues comme une solution, à condition d’accréditer le fait que l’enfant serait bien de l’autre sexe. C’est ça le leurre. Les militants, très actifs aux États-Unis, veulent accréditer l’idée d’erreur de la nature qu’il faudrait réparer ». Et ces militants ont fait des petits de ce côté de l’Atlantique.


Baptiste est désormais Lilie : l’enfant n’a que 8 ans lorsque ses parents Chrystelle et Guillaume sillonnent les plateaux de télévision, en cette rentrée scolaire de l’année 2020. Quelques mois plus tôt, on pouvait aller voir la comédie danoise A Perfect Family au cinéma. Quelques semaines avant la diffusion du téléfilm Il est elle par TF1. La question transgenre est partout, jusque dans des émissions du service public. Côté show-biz, des acteurs ou actrices annoncent leur « transition ». Et pour rassurer les parents inquiets, ce sont des actrices qui livrent leur témoignage ému : Angelina Jolie ou Charlize Theron ont publiquement confié leur joie d’avoir un enfant transgenre et leur aura dépasse de loin les frontières américaines. L’offensive médiatique et culturelle est unanime : personne ne juge bon de s’arrêter sur les conséquences physiques, physiologiques ou psychologique d’un tel bouleversement dans la vie d’un enfant ou d’un adolescent.

Fini le bon vieux temps, il y a seulement sept ans, où la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem pouvait nier l’évidence pour rassurer les esprits échauffés par La Manif pour tous. À l’époque, la théorie du genre « n’existe pas ». L’idée des ABCD de l’égalité n’était pourtant pas nouvelle puisqu’elle avait germé sous un gouvernement de droite, en 2011 : une circulaire du ministère réclamait aux rédacteurs de manuels scolaires de se pencher sur la question « devenir femme ou homme ». Le but était de lutter contre les stéréotypes de genre, et c’est finalement le genre qui est devenu “fluide”. Les étapes ont été franchies une à une, et l’Éducation nationale a suivi très naturellement : un vade-mecum existe aujourd’hui, qui indique que tout élève, majeur ou mineur accompagné de ses parents, doit être soutenu par la communauté éducative dans sa “transition”. C’est-à-dire dans son changement de sexe social.

Explosion du nombre de cas d’enfants transgenres

L’incertitude enfantine, le malaise adolescent et […]

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub