Religion au travail : inquiétante augmentation du nombre de comportements “rigoristes” en entreprise - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 7 mai 2021

Religion au travail : inquiétante augmentation du nombre de comportements “rigoristes” en entreprise

L’enquête annuelle sur le fait religieux en entreprise montre une hausse significative des comportements “rigoristes” qui représentent désormais 12 % des situations problématiques.

Religion au travail : inquiétante augmentation du nombre de comportements “rigoristes” en entreprise

Par : V.A.

L’Institut Montaigne a dévoilé, jeudi 6 mai, la dernière enquête réalisée par l’Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE). Elle relève une hausse de l’exposition des salariés à la religion de leurs collègues, qui peut être anodine, discriminante ou poser un problème de fonctionnement dans l’entreprise ou dans les relations entre salariés.

L’exposition des salariés au « fait religieux » concerne majoritairement l’islam avec 73 % des cas. « Le catholicisme est présent dans 20 % des situations, le judaïsme dans 15 % et la religion évangélique dans 13 % des situations observées », note l’enquête.

Refus de travailler avec des femmes

En 2021, 66,5 % des personnes interrogées observent, occasionnellement ou régulièrement, ce type de faits, contre 44 % en 2012 lors de la première édition de l’étude. Si la majorité de ces situations (près de 90 %) ne posent pas de problème au sein de l’entreprise, l’observatoire relève une hausse des comportements « rigoristes ». Leur part est passée de 8 % à 12 % en un an.

« Ce sont principalement les hommes jeunes, d’un niveau socio-professionnel relativement bas, qui déclenchent des situations de blocage ou de conflit telles qu’identifiées par les managers, comme le refus de travailler avec une femme, le refus de réaliser certaines tâches liées au poste, parmi d’autres », peut-on également lire.

Outre cette minorité de situations, l’étude évoque aussi des situations apparemment anodines qui peuvent cependant avoir un impact sur les relations professionnelles. Et de citer en exemple le témoignage d’une DRH interrogée dans le cadre de l’étude : « J’ai dit que je devais partir, le patron de l’entreprise était là, il m’a demandé pourquoi, c’est sorti tout seul, j’ai dit que c’était Vendredi Saint, que je suivais le chemin de croix. Il a répondu « d’accord » mais ça a tout changé. Mes collègues ne me regardent plus de la même manière. C’est comme si je venais au travail avec un serre-tête, une jupe plissée et une bible sous le bras. J’étais la DRH appréciée et qui fait bien son job, je suis devenue la DRH-catho. » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub