Rillieux-la-Pape : face aux violences urbaines, le maire invite les habitants à signaler les délinquants - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 28 mai 2021

Rillieux-la-Pape : face aux violences urbaines, le maire invite les habitants à signaler les délinquants

Policiers blessés, caillassages, violences urbaines… Les tensions sont permanentes à Rillieux-la-Pape. Le maire appelle les habitants à renseigner les policiers.

Image/photo

‏ L'ACTUALITÉS : FRANCE   | BRETAGNE   | EUROPE   | INTERNATIONAL   | FAITS DIVERS

Par : V.A.

La commune de Rillieux-la-Pape, dans le Rhône, compte environ 30 000 âmes. Son maire, Alexandre Vincendet (LR) entend bien mettre un terme aux violences urbaines répétitives qui polluent la vie des habitants. Démonstration en a encore été faite samedi 22 mai, lorsqu’une voiture de police a été brûlée, cette fois en présence du maire qui s’était mêlé aux policiers. En début de semaine, l’élu exprimait sa lassitude au quotidien Le Progrès : « Je n’ai pas de doute. Je sais que des moyens importants de police sont déployés, je sais que la justice fera tout pour que des peines exemplaires soient appliquées. Je sais que les habitants sont à bout et pour certains ont peur. On doit casser cette spirale. Aujourd’hui, on a besoin d’informations. » Et l’information, Alexandre Vincendet souhaite la collecter auprès des habitants eux-mêmes. Il invite ainsi ses administrés à dénoncer les délinquants grâce à la nouvelle plateforme de signalement de la Police nationale, et ce même s’il s’agit de leurs propres enfants. Des tracts seront prochainement distribués pour promouvoir l’idée.

. .

Des jeunes qui viennent « casser du flic »

Pour LCI mercredi 25 mai, Alexandre Vincendet rappelait que « depuis plusieurs semaines (…), il y a des jeunes – parfois des très jeunes (…) qui sont ultra violents et essaient de ‘casser du flic’. » Une situation intenable, qui pour l’élu relève des parents : « Si un père ou une mère de famille se rend compte que son enfant a participé, par exemple, à l’agression d’un policier ou à des violences urbaines, il est de la responsabilité de ce parent » d’agir pour empêcher que l’enfant « tombe dans la grande délinquance », relaye LCI. De leur côté, les force de l’ordre émettent des réserves quant à l’utilité de la délation. « Le risque, c’est d’avoir une masse d’informations importante, dont des informations qui seraient totalement erronées. C’est ensuite un travail d’investigation important à mener », analyse le secrétaire général adjoint du syndicat Unsa Police, Thierry Clair.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub