Seine-Saint-Denis (93) : une filière clandestine démantelée après avoir organisé le passage de 560 migrants vers l’Europe - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 29 mai 2021

Seine-Saint-Denis (93) : une filière clandestine démantelée après avoir organisé le passage de 560 migrants vers l’Europe

La sous-direction de lutte contre l’immigration irrégulière (SDLII) vient de démanteler un réseau d’immigration clandestine. Ce dernier transitait par le Portugal, et aurait fait passer en France plus de 500 personnes.

Image/photo

‏ L'ACTUALITÉS : FRANCE   | BRETAGNE   | EUROPE   | INTERNATIONAL   | FAITS DIVERS

Par : V.A.

Les clandestins arrivaient la plupart du temps du Pakistan, les autres de la région indienne. Arrivés au Portugal, ils étaient ensuite embarqués en voiture vers la France, l’Allemagne ou d’autres régions du Portugal. Selon les informations du Figaro, ils transitaient grâce à une filière mise en place en mars dernier. Les services de lutte contre l’immigration irrégulière (SDLII) ont mis fin à l’organisation le 22 mai dernier. Leurs soupçons avaient été éveillés par d’étranges allées et venues de monospaces immatriculés au Portugal, sur le parking d’un centre commercial de Stains (Seine-Saint-Denis). Les policiers avaient pu y observer plusieurs échanges de personnes et de bagages. A leur arrivée sur place, trois passeurs et dix clandestins ont été interpellés.

Près de 300 000 euros de chiffre d’affaires

Lors de leur interpellation, les passeurs avaient sur eux quelque 6 000 euros en liquide. Or, selon les estimations de la police, cette somme correspondrait à une infime partie du chiffre d’affaires total réalisé par la filière clandestine. Depuis mars, les passeurs auraient en effet brassé près de 280 000 euros.

Une jolie somme, rassemblée grâce aux clandestins. Pour chaque trajet, ces derniers payaient aux passeurs 500 euros en liquide. Les chauffeurs des monospaces, eux, étaient rémunérés 400 euros par trajet. Les trois passeurs interpellés ont reconnu leur participation à la filière qui, selon Le Figaro, trouverait ses racines au Portugal. Ils ont été placés en détention provisoire, et encourent jusqu’à un an de prison ferme. Sur les dix clandestins interpellés, six se sont vu donner ordre de quitter le territoire français (OQTF). Les quatre autres ont été relâchés dans la nature.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub