VIDÉO - «En fait, j’en ai rien à f**tre»: le président de la région Paca se lâche face à la polémique sur l’alliance avec LREM - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 4 mai 2021

VIDÉO - «En fait, j’en ai rien à f**tre»: le président de la région Paca se lâche face à la polémique sur l’alliance avec LREM

Le président sortant de la région Paca, Renaud Muselier, qui a accepté de fusionner sa liste avec celle de LREM pour les régionales, a expliqué vouloir travailler avec tout le monde, qu’ils soient de gauche ou de droite, indique Nice-Matin. LR, qui ne le soutient plus, envisage de présenter une nouvelle liste.

«En fait, j’en ai rien à f**tre»: le président de la région Paca se lâche face à la polémique sur l’alliance avec LREM

Par : Alexandre Sutherland

Au lendemain de l’annonce de Jean Castex du retrait de la liste La République en Marche (LREM) de Sophie Cluzel au profit de celle de Renaud Muselier (Les Républicains), président sortant de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), ce dernier s’est rendu à Tende, dans les Alpes-Maritimes, à l’occasion du retour du train dans la vallée de la Roya, dévastée par la tempête Alex. Mais le sujet a rapidement tourné autour de cette nouvelle polémique, souligne Nice-Matin.

«Y’a pas de droite, y’a pas de gauche. En fait, j’en ai rien à foutre... Je suis de droite, et alors? Je suis fréquentable ou pas?», a-t-il lâché face à des élus locaux.

Renaud Muselier, ayant perdu l’investiture du camp LR sur décision du président du parti Christian Jacob, affirme désormais vouloir «travailler avec des gens qui sont honnêtes, qui ont une vision».

L’homme politique a même réagi à la pique d’Éric Ciotti, conseiller départemental LR des Alpes-Maritimes, lequel avait évoqué un «coup de poignard dans le dos». «Je ne sais pas où il est, il devrait être là aujourd’hui. […] Ceux qui aiment les gens, ceux qui aiment leurs vallées, ils sont là. Ça c’est la vraie vie politique», a-t-il taclé, le maire de Nice Christian Estrosi à ses côtés.

Perspective de victoire

«Personne ne peut douter de ma loyauté envers ma famille politique», a-t-il affirmé, cité par l’AFP, ajoutant qu’il demanderait à nouveau son soutien. Il a également assuré que sa liste ne présenterait aucun «détenteur de mandats nationaux», alors que Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées qui menait la liste de la majorité présidentielle, a indiqué lundi dans L’Opinion qu’elle se présenterait probablement dans le Var.

D’après un sondage Ifop pour La Tribune et Europe 1 publié le 14 avril, l’absence d’une liste LREM dans la région Paca permettrait à Renaud Muselier de dépasser celle du Rassemblement national (RN) menée par Thierry Mariani. Une liste commune des socialistes et écologistes permettrait à la gauche de se hisser au second tour mais se situerait toujours derrière M. Muselier et le RN. L’hypothèse d’une nouvelle liste LR n’a évidemment pas été testée.

Une liste LR contre Muselier?

Ce mardi 4 mai, le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau n’a pas exclu la possibilité d’une nouvelle liste LR en Paca, bien que sa constitution s’annonce «difficile». Pour la mener, il a cité le nom du maire de Cannes. «Je pense que David Lisnard serait un excellent candidat, il faudrait qu'il se décide», a-t-il déclaré sur France 2.

Le principal intéressé s’était exprimé en ce sens dimanche pour Nice-Matin. «Je souhaite une liste claire, nouvelle et fraîche», avait-il confié, ajoutant toutefois que «la région ne fait pas partie de [s]es objectifs» et avait cité plutôt Jean Leonetti, maire d’Antibes et ancien président des Républicains, ou encore Éric Ciotti […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub