[VIDÉO] MEURTRE ET ENLÈVEMENT DANS LA MARNE : LE SUSPECT DÉJÀ CONDAMNÉ À 27 REPRISES - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 31 mai 2021

[VIDÉO] MEURTRE ET ENLÈVEMENT DANS LA MARNE : LE SUSPECT DÉJÀ CONDAMNÉ À 27 REPRISES

L'homme qui a enlevé et violé une femme jeudi après avoir tué le jeune homme qui l'accompagnait dans la Marne a été mis en examen et placé en détention provisoire, a rapporté le procureur de Reims dimanche soir. L'individu était déjà bien connu de la justice.

Image/photo

Par : CNEWS avec AFP

En effet, il avait déjà été condamné à 27 reprises par la justice entre 1998 et 2018, essentiellement pour des vols, a indiqué le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette.

À 41 ans, l'homme a déjà passé 22 ans derrière les barreaux. Il était sorti de prison en mars 2020 et n’était «sous le coup d’aucun sursis avec mise à l’épreuve, d’aucun sursis probatoire, ne faisait pas l’objet d’un suivi judiciaire» et «aucune peine n’était à mettre à exécution», a précisé le magistrat.

UN HOMME «EN CHASSE»

L'homme, «célibataire, sans activité professionnelle, toxicomane» et «sans réel domicile fixe», était «en chasse d'une fille», a rapporté le magistrat. Il n'avait aucun lieu avec ses victimes.

Pour rappel, le ravisseur avait approché au volant de son Audi le couple, âgé d'une vingtaine d'années, jeudi vers 20h sur un parking où il s'était arrêté en voiture à Courville. Selon le récit de la jeune fille, dont le sang-froid a finalement permis l'arrestation, il leur a demandé où se procurer «du shit», avant de les menacer avec un fusil de chasse pour qu'elle monte dans son coffre. L'étudiant en IUT à Reims s'interpose, le mis en cause lui tire dans l'abdomen. La victime décèdera à l'hôpital.




UNE NUIT CAUCHEMARDESQUE

L'étudiante, qui avait gardé son téléphone portable dans le coffre appelle alors les pompiers, qui préviennent les gendarmes. Toute la nuit, pendant laquelle il boit et fume du cannabis, allant de station essence en station essence, son ravisseur lui explique sortir de prison et chercher «une fille à qui faire l’amour». Elle tente de le «faire parler le plus longtemps possible pour éviter toute agression sexuelle» et «il s’était alors beaucoup confié à elle tout au long de la nuit».

Mais «peu avant 6h du matin, alors que la victime pensait qu’il allait enfin la libérer», il l'a menacée et l'a violée plusieurs fois dans le véhicule, avant de la laisser partir, a ajouté Matthieu Bourrette. Au cours la nuit, il lui a prêté son téléphone pour qu'elle appelle sa mère. Cet appel a permis aux enquêteurs d'identifier et d'interpeller le suspect chez une amie à Jonchery-Sur-Suippes vendredi soir.

LE MIS EN CAUSE A RECONNU LA PLUPART DES FAITS

Le mis en cause a reconnu «l’intégralité des faits, à l’exception de l’intention homicide, expliquant qu’il s’agissait d’un accident», selon Matthieu Bourrette. Il n’était «sous le coup d’aucun sursis avec mise à l’épreuve, d’aucun sursis probatoire, ne faisait pas l’objet d’un suivi judiciaire» et «aucune peine n’était à mettre à exécution».

Il a été mis en examen notamment des chefs de meurtre suivi de viol, en situation de récidive pour avoir été condamné en 2002 pour détention de stupéfiants - passible de 10 ans d'emprisonnement - et enlèvement et séquestration suivie d’une libération volontaire avant le 7e jour.

  SOURCE : CNEWS avec AFP


Bas Pub