VIDEO - Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu» - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 6 mai 2021

VIDEO - Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu»

Philippe de Villiers revient à la charge. Dans son essai Le Jour d’après, le fondateur du Puy du Fou accuse et s’en prend vertement aux classes dirigeantes et aux élites globalisées, coupables selon lui d’avoir profité de la pandémie de Covid-19 pour imposer leur programme de contrôle total des populations. Entretien sans concession.

Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu»

Par : Victor Lefebvre / fr.sputniknews.com

«Ce que je dis est extrêmement grave et je pèse mes mots», avertit Philippe de Villiers devant les caméras de Sputnik.

L’ancien homme politique, devenu écrivain et essayiste à succès depuis quelques années, «sonne le tocsin» dans son dernier livre, Le Jour d’après (Éd. Albin Michel). Et il attaque, sabre au clair: contre le gouvernement, coupable de «s’être trompé et d’avoir trompé les Français» tout au long de la pandémie de Covid-19, contre Emmanuel Macron, accusé d’avoir «laissé se déchirer les tissus conjonctifs de la France industrieuse» depuis le début de son mandat. Mais aussi et surtout contre les «élites mondialisées», dont l’objectif final (pas même secret, selon lui!) serait d’aller toujours plus loin vers le «contrôle total» des populations, grâce au «tout-numérique» et aux algorithmes en tous genres. Rien que cela.

«Quand le bien commun n’est plus assumé par l’État, il est disséminé entre les puissances privées. Or, quand ce sont les puissances privées qui commandent, c’est un néo-féodalisme, en l’occurrence numérique, qui gouverne le monde avec des cyberfiefs. Nous sommes devenus les serfs, les “vilains” ou les moujiks de la glèbe numérique.»




Entretien-fleuve et sans concession avec un homme qui ne veut pas que son pays «meure» […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub