VIDÉOS - Une fête sauvage dégénère à Paris, la police emploie gaz lacrymogène et LBD - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

lundi 3 mai 2021

VIDÉOS - Une fête sauvage dégénère à Paris, la police emploie gaz lacrymogène et LBD

Les quais de Bercy ont été évacués le 1er mai par la police à cause d’une rave party interdite rassemblant près de 200 personnes, selon BFM TV. Des échanges de tirs de projectiles et de LBD ont eu lieu.

Une fête sauvage dégénère à Paris, la police emploie gaz lacrymogène et LBD

Par : Maria Balareva / fr.sputniknews.com

Après une manifestation à l’occasion de la Fête du travail qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes à Paris, la police a dû intervenir pour une soirée musicale interdite qui battait son plein sur les quais de Bercy, a annoncé dans la soirée du 1er mai la Préfecture de Police.

Selon les chiffres de BFM TV, la rave party a réuni près de 200 personnes malgré l’interdiction toujours en vigueur de se rassembler à l’extérieur à plus de six personnes, excepté pour les manifestations déclarées ou en lien avec certains autres cas (s’il s’agit par exemple de familles nombreuses ou de sport en extérieur).

D’après la même source, c’est aux alentours de 17h que les premiers fêtards sont arrivés sur les lieux. Environ 2h30 plus tard, les forces de l’ordre sont intervenues afin de mettre fin au rassemblement. L’évacuation a vite dégénéré.

Les images filmées par le journaliste indépendant Clément Lanot montrent d’abord une foule de jeunes, la majorité ne portant pas de masques, danser sur de la musique techno.

Les tensions ont éclaté une fois les forces de l’ordre arrivées. Visés par des projectiles, les policiers ont répondu par des tirs de LBD et de gaz lacrymogène.

Sur cette vidéo, les forces de l’ordre ont été contraintes de reculer face à la foule des fêtards lançant des projectiles.

Vers 21h00 la préfecture a annoncé via Twitter que les forces de l’ordre avaient «rapidement mis fin à un rassemblement festif improvisé et [avaient] saisi le matériel sono». Et d’ajouter que les verbalisations étaient en […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub