Affaire Griveaux : un paparazzi de l’agence BestImage mis en examen et placé sous contrôle judiciaire - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 21 juin 2021

Affaire Griveaux : un paparazzi de l’agence BestImage mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

Ce photographe a été mis en examen pour “recel de violation du secret professionnel” dans le cadre de l’enquête sur les photos de l’interpellation de l’artiste russe Piotr Pavlenski.

Image/photo

Par : V.A.

Le paparazzi Sébastien Valiela est dans le viseur de la justice. Ce photographe – pour l’agence BestImage de Mimi Marchand – a été mis en examen vendredi 18 juin, pour « recel de violation du secret professionnel » et placé sous contrôle judiciaire, relaie Le Figaro, samedi 19 juin. Il est visé dans l’enquête sur les photos de l’arrestation de Piotr Pavlenski en février 2020. Cet artiste russe avait révélé des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, provoquant son évincement de la course aux municipales à Paris.

Des policiers mis en examen

D’après une source proche du dossier, Sébastien Valiela serait aussi mis en examen pour d’autres délits. Dans cette enquête, deux policiers ont déjà été mis en examen en septembre 2020 pour « violation du secret professionnel ». Un troisième serait aussi accusé de « corruption passive », relate Le Figaro.

Le 15 février 2020, Piotr Pavlenski avait été arrêté à la sortie d’un hôtel dans le XVIème arrondissement de Paris. L’activiste russe était accompagné de sa compagne Alexandra de Taddeo. Le paparazzi avait été renseigné sur la date et le lieu de cette interpellation et avait réussi à photographier la scène. Ses photos et une vidéo avaient été diffusées dans Paris Match la semaine suivante.

Comme le rappelle Le Figaro, Sébastien Valiela est notamment connu pour être à l’auteur des photos publiées en janvier 2014 par Closer de François Hollande et de Julie Gayet. Le photographe serait aussi à l’origine d’un reportage à Beyrouth, qui a récemment poussé l’intermédiaire Ziad Takieddine à retirer ses accusations contre Nicolas Sarkozy. L’ancien président est notamment visé dans l’enquête sur le financement libyen présumé de sa campagne présidentielle de 2017.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub