Bouches-du-Rhône (13) : désarmé face aux centaines de caravanes de gens du voyage, un maire menace de boycotter les élections - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 17 juin 2021

Bouches-du-Rhône (13) : désarmé face aux centaines de caravanes de gens du voyage, un maire menace de boycotter les élections

Installées illégalement à Saint-Andiol, dans les Bouches-du-Rhône, des centaines de caravanes de gens du voyage exaspèrent la commune. À bout, le maire Daniel Robert réclame que la préfecture agisse sous peine de boycotter les élections.

Image/photo

Par : V.A.

Aux 340 caravanes installées sur le terrain d’un agriculteur en mai dernier vient de s’ajouter une nouvelle cinquantaine sur un terrain communal, dimanche 13 juin. Face à l’afflux de gens du voyage installés illégalement dans la commune, Daniel Robert, maire de Saint-Andiol, ne sait plus quoi faire. Pour se faire entendre, il envisage même de boycotter les élections départementales et régionales qui se tiendront les 20 et 27 juin prochains. Exaspéré, il s’est exprimé au micro de France Bleu Provence ce mercredi 16 juin. « Je n’ai rien contre ces gens-là, prévient-il avec précaution, mais cela entraîne des nuisances pour les habitants de Saint-Andiol, sans parler que ces gens-là ne respectent aucune mesure sanitaire liée à la crise actuelle, il y a donc l’éventualité de connaître de nouveaux clusters », a-t-il confié.

Des branchements sauvages aux réseaux électrique et d’eau

Avec seulement 3 500 habitants, la commune de Saint-Andiol n’est pas obligée de créer une aire d’accueil pour les gens du voyage. Mais l’absence d’aire dédiée ne dissuade pas pour autant les gens du voyage de s’y installer. « Le schéma départemental de l’accueil des gens du voyage n’est pas respecté dans les Bouches-du-Rhône. Il faudrait, je pense, une aire de grand passage par arrondissement ce qui n’est pas le cas. Il y en a une seule à Istres qui n’est pas très importante », a-t-il déploré. Désarmé, le maire reproche aux services de l’Etat de ne rien faire pour régler la situation. « Ces personnes se branchent sur les bornes incendie et utilisent l’électricité en se branchant sur le réseau, et l’État laisse faire », a-t-il regretté.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub