E. Macron l’Africain [Grégory Roose / Valeurs Actuelles] - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 1 juin 2021

E. Macron l’Africain [Grégory Roose / Valeurs Actuelles]

Entre repentance mesurée, antiracisme et célébration des « chances pour la France », le voyage d’Emmanuel Macron en Afrique participe de sa stratégie de crispation autour de la thématique identitaire à un an de l’élection présidentielle, analyse Grégory Roose, auteur de Journal d'un Remplacé, sorti le 28 mai dernier.

Image/photo

Par : Grégory Roose / V.A.

Il a osé. Dans un contexte migratoire toujours plus oppressant qui rend inopérant le modèle assimilationniste français, Emmanuel Macron s’est adressé aux jeunes Français issus de l’immigration dans un discours à Pretoria prononcé le samedi 29 mai 2021 : « Vous êtes une chance pour la France. » Le choix des mots n’est pas anodin, d’autant que cette expression a fait florès dans les milieux immigrationnistes comme identitaires, les premiers par conviction, les seconds par dérision. Que des individualités issues de l’immigration aient un parcours exemplaire grâce aux largesses et opportunités offertes par notre pays, sans d’ailleurs toujours en tirer la reconnaissance qui lui est due, est un fait appréciable. Le problème, c’est que de ces exceptions nourrissent une généralité fantasmée propre au discours politique qui ne résiste pas à l’épreuve des faits. Les banlieues, où les populations issues de l’immigration sont surreprésentées, accumulent les signaux d’une faible plus-value pour la nation ou le fameux vivre-ensemble.

Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans issus de l’immigration y avoisine souvent les 50%, soit le double de la moyenne nationale. La délinquance y est omniprésente, les candidats au djihad y sont monnaie courante et l’aversion pour la France et ce qui la représente est d’une affligeante banalité. Et Macron d’insister, en déclarant qu’en France, des millions de jeunes gens ont une histoire avec l’Afrique, par leur famille, par des générations : « On ne va pas leur dire “c’est un problème, vous devez vous intégrer”, mais : “vous êtes une chance pour la France et vous allez nous aider à développer cette histoire”. » Pas « notre » Histoire : « cette » histoire. Dans cette perspective d’une France désincarnée, hors-sol, post-nationale, inutile d’intégrer les populations immigrées en effet, encore moins de les assimiler. Selon Macron, les immigrés sont des forces de travail comme les autres dont la seule finalité est d’agrandir une population mondialisée au sein d’un espace sans culture, sans identité, sans conscience collective : la France.

Dans cette perspective d’une France désincarnée, hors-sol, post-nationale, inutile d’intégrer les populations immigrées en effet

Emmanuel Macron semble entretenir une image biaisée, idéalisée de l’Afrique, dont l’unité fantasmée n’existe que depuis l’Occident. Pour faire l’apologie du « vivre-ensemble », il a choisi le Rwanda, où les tensions ethniques ont abouti à un génocide et l’Afrique du Sud, où les populations blanches, qui ne représente plus que 8,9 % de l’ensemble de la population totale, subissent un apartheid inversé les contraignant à vivre dans des communautés fermées, protégées, subissant l’expropriation de leurs terres et les meurtres en masse de fermiers Blancs. Ce « vivre-ensemble » ne fonctionne pas mieux en Afrique qu’ailleurs et tend à démontrer que l’homogénéité ethnique est la forme de société la plus stable et pacifique. Enfin, alors que le déficit budgétaire de la France devrait atteindre 9,4 % en 2021, Emmanuel Macron s’engage en faveur d’un plan Marshall… Pour l’Afrique. Autant de déclarations et de mesures qui poursuivent un double objectif, celui de consolider le vote RN dans la perspective d’un duel LREM-RN au second tour de la présidentielle de 2022, ce dont Macron espère tirer profit, tout en se préservant d’une explosion de ce vote contestataire/anti-progressiste qui mettrait à mal sa stratégie. C’est dans cette logique stratégique que Macron a soigneusement évité de présenter des excuses au Rwanda dans le cadre du génocide pour ne pas s’exposer grossièrement à un procès en repentance.

  SOURCE : Grégory Roose / valeursactuelles.com


Bas Pub