Elections régionales : très faible participation, de 12,22 % à midi, contre 16,27% en 2015 «Percée probable de l'extrême droite» - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 20 juin 2021

Elections régionales : très faible participation, de 12,22 % à midi, contre 16,27% en 2015 «Percée probable de l'extrême droite»

Les craintes d'une abstention massive se confirment. La participation au premier tour des élections régionales et départementales s'établit à 12,22 % dimanche à la mi-journée, soit quatre points de moins que les régionales de décembre 2015 (16,27 %), selon le ministère de l'Intérieur.

Image/photo

Par : Hortense Goulard Avec AFP / lesechos.fr

La participation aux élections régionales et départementales s'annonce remarquablement basse, d'après les premiers chiffres publiés à midi. Après un an de pandémie et à l'approche des vacances d'été, et sur fonds de dégoût de la politique, seuls 12,22 % des Français inscrits sur les listes électorales se sont déplacés ce dimanche matin.

Lors des dernières élections régionales, en 2015, 16,27 % des électeurs français avaient déjà glissé leur bulletin dans l'urne à cette heure-ci. En 2010, ce taux s'élevait à 16,07 % et en 2004 à 18,48 %. Les bureaux de vote resteront ouverts ce soir jusqu'à 18, 19 ou 20 heures en fonction des communes.

« Le décrochage est de plus en plus fort entre l'offre politique et les Français. Beaucoup n'y retrouvent pas quelque chose qui leur donne envie d'aller voter, notamment à gauche », observait Bruno Jeanbart , le vice-président d'OpinionWay, quelques jours avant l'élection.

Percée probable de l'extrême droite

Cette participation extrêmement faible complique les prévisions politiques. Mais des tendances se dessinent déjà. Le Rassemblement national (RN) compte utiliser ces élections comme tremplin politique, un an avant la présidentielle. Les sondages le donnent en tête au premier tour dans six régions sur treize, en Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca), Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et en Bretagne.

Il y a six ans, la droite et le centre étaient parvenus à conserver sept régions et le PS cinq. Cette année, les ex-LR Valérie Pécresse et Xavier Bertrand sont bien placés pour l'emporter, tout comme Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes. La position du PS est plus précaire.

Les écologistes espèrent emporter une région, les Pays de la Loire, avec le député Mathieu Orphelin. La majorité mise quant à elle sur une victoire de Marc Fesneau, un ministre MoDem, dans le Centre-Val-de-Loire. Elle espère surtout se poser en faiseur de roi au deuxième tour.

  SOURCE : lesechos.fr


Bas Pub