Euro 2020 : le refus de l’UEFA d’afficher le drapeau LGBT lors d’Allemagne-Hongrie fait scandale - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 23 juin 2021

Euro 2020 : le refus de l’UEFA d’afficher le drapeau LGBT lors d’Allemagne-Hongrie fait scandale

A l’approche du dernier match de poule de l’Euro 2020, qui opposera l’Allemagne à la Hongrie ce mercredi soir, 23 juin, une importante polémique oppose l’UEFA à de nombreuses instances européennes, autour des droits LGBT.

Image/photo

Par : V.A.

Cette seizième édition de l’Euro n’échappe décidément pas aux querelles politiques. Au sein de l’Union européenne, dont l’Euro est, en quelque sorte, la représentation footballistique, les tensions idéologiques entre Etats ne manquent pas. Récemment encore, les mesures contre la « propagande LGBT » engagées par le Parlement hongrois ont créé la polémique au sein de l’UE – et ne sont pas sans conséquences sur le terrain sportif. Le dimanche 20 juin dernier, la mairie de Munich (Bavière) annonçait donc son intention de pavoiser l’Allianz Arena aux couleurs LGBT, lors de la rencontre Allemagne – Hongrie prévue ce mercredi soir, 23 juin. Hélas, trois fois hélas, l’UEFA a refusé. Dans un communiqué diffusé mardi 22 juin, l’instance européenne du football a expliqué être une organisation politiquement et religieusement neutre. « Étant donné le contexte politique de cette demande – un message visant une décision prise par le Parlement national hongrois -, l’UEFA doit refuser cette requête. » Une décision qui a fait bondir de nombreux responsables politiques européens – à commencer par l’Elysée. Mercredi midi, dans une brève déclaration, le palais présidentiel français a fait savoir qu’il « regrettait profondément ».

Panique à bord

La veille, mardi 22 juin, raconte Le Parisien, le secrétaire général aux Affaires européennes, Clément Beaune, avait déjà déclaré que l’UEFA « s’est un peu pris les pieds dans le tapis parce qu’en fait, sa décision de refus est aussi une décision politique ». Sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas, a également critiqué « un mauvais signal » – relativisant toutefois : « Heureusement, vous pouvez encore afficher vos couleurs aujourd’hui – dans le stade et en dehors », explique Heiko Maas aux supporters allemands. De son côté, la Hongrie ne s’est pas privé de féliciter l’UEFA pour sa décision. « Dieu merci, les dirigeants du football européen ont fait preuve de bon sens (…) en ne participant pas à ce qui aurait été une provocation politique envers la Hongrie », a déclaré Peter Szijjarto, ministre des Affaires étrangères hongrois – cité par L’Equipe. « Je trouve honteux que l’UEFA nous interdise, ici à Munich, d’envoyer un signal pour le cosmopolitisme, la tolérance, le respect et la solidarité avec les personnes de la communauté LGBT », s’est au contraire emporté le maire de Munich. Ce dernier prévoit de pavoiser plusieurs bâtiments de la ville aux couleurs LGBT, afin de compenser le refus de l’instance. Pour finir, dans ce concert de déclarations de principe, l’UEFA a expliqué sa démarche dans un nouveau communiqué, mercredi 23 juin. Si l’Union des associations européennes de football a une nouvelle fois rappelé que cette décision était conforme à ses règles, elle a fait amende honorable en mettant en avant son engagement pour « une société plus juste et égalitaire, tolérante de tous, peu importe leur histoire personnelle, croyances ou genre ». Pour sauver sa réputation, l’UEFA a même décidé d’arborer les couleurs LGBT sur son propre logo. L’honneur est sauf…


Bas Pub