Grande tension entre écologistes concernant l’accueil de jeunes migrants à Lyon - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 19 juin 2021

Grande tension entre écologistes concernant l’accueil de jeunes migrants à Lyon

Alors que la métropole refusait de prendre en charge une soixantaine d’Africains qui sollicitaient le statut de protection des mineurs isolés, le maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, a pris les devants en créant des places d’hébergement.

Image/photo

Par : Richard Schittly (Lyon, correspondant) / lemonde.fr

Le sort de jeunes migrants africains, installés depuis un mois dans un campement de fortune au cœur du quartier des Canuts, provoque un incident politique inédit entre les deux chefs écologistes de la métropole et de la ville de Lyon. Le maire, Grégory Doucet (Europe Ecologie-Les Verts, EELV), vient de décider d’ouvrir trente-cinq places d’hébergement pour ces jeunes gens en provenance d’Afrique de l’Ouest, alors que la prise en charge relèverait plutôt de la compétence sociale de la métropole, dirigée par Bruno Bernard (EELV).

« L’Etat et la métropole se renvoyaient la balle depuis des semaines, rien ne se passait. La Mairie a visiblement choisi de bouger », se félicite Sébastien Gervais, 51 ans, membre du collectif de soutien des migrants Croix-Rousse. Plusieurs associations assurent une présence permanente dans le parc public arboré, près du métro Hénon, où une soixantaine de jeunes africains dorment sous des tentes, dans l’attente d’un recours juridique. Ils sollicitent le statut de protection des mineurs isolés, après une première évaluation, qui n’a pas cru à leur minorité.

La Mairie débloque une dizaine de places dans les résidences seniors gérées par la ville, habituellement prévues pour des étudiants. Ces chambres vacantes devraient bénéficier à des jeunes femmes. Vingt-cinq autres places sont envisagées dans des locaux municipaux, dans le 3e arrondissement de Lyon. La décision est tombée lundi 14 juin, au terme d’une semaine de tension palpable entre mairie et métropole.

Un duo observé à la loupe

Côté mairie, la question des jeunes migrants a été poussée par Sandrine Runel (Parti socialiste, PS). L’adjointe aux solidarités et à l’inclusion sociale a plaidé pour une intervention rapide de la municipalité, pointant « les hésitations de la métropole ». Elle avait fait passer un amendement au plan de mandat de la nouvelle majorité, lors d’un précédent conseil municipal, n’hésitant pas à aiguillonner ses partenaires écologistes dans le registre solidaire. « La tradition humaniste lyonnaise nous inspire tous, nous ne pouvons pas rester indifférents à la détresse de ces jeunes gens », justifie l’élue du 8e arrondissement.

Ancien cadre d’Handicap International, et précisément responsable de la zone africaine de l’ONG, Grégory Doucet a très vite été sensible aux arguments humanitaires de son adjointe. Le maire a immédiatement pris la responsabilité du dossier. « Cette décision est la mienne », avait fait savoir le maire de Lyon à son cabinet, mardi 8 juin, alors qu’il était en déplacement à Nantes, pour soutenir Matthieu Orphelin, candidat écologiste aux régionales des Pays de Loire. « Nous intervenons parce qu’il faut faire avancer les solutions, ce n’est pas contre la métropole », dédramatise M. Doucet. […]

  SOURCE : lemonde.fr


Bas Pub