“Je devais le faire” : un an après sa tribune polémique contre les violences policières, Omar Sy toujours fier de ses propos - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 1 juin 2021

“Je devais le faire” : un an après sa tribune polémique contre les violences policières, Omar Sy toujours fier de ses propos

Après la mort de George Floyd aux Etats-Unis, l’acteur français avait rédigé un texte, n’hésitant pas à comparer le décès de cet homme à celui d’Adama Traoré.

Image/photo

Par : V.A.

Il persiste et signe. Un an après avoir publié une tribune pour dénoncer les violences policières, Omar Sy s’est dit fier de ses propos, dans une interview accordée au Guardian dimanche 30 mai. C’était après la mort de George Floyd – afro-américain décédé le 25 mai 2020, lors d’une interpellation policière musclée à Minneapolis, aux Etats-Unis – que l’acteur français avait écrit un texte intitulé « Réveillons-nous ». Omar Sy, qui réside dorénavant à Los Angeles, a expliqué au Guardian que la « plupart des gens qui ont lu la lettre l’ont comprise ». Mais, « certains, non ». « Il y a des gens qui ont dit qu’ils ne verront plus mes films en France », a-t-il constaté, avant d’affirmer fièrement : « Je savais en écrivant cette lettre qu’elle affecterait mon travail. Mais je devais le faire. »


« Je leur ressemble »

Toujours auprès du Guardian, l’acteur a assuré qu’il voulait « lancer un message aux jeunes hommes qui (lui) ressemblent », étant donné « (s)on statut en France ». Un rapprochement physique entre les victimes et lui-même qu’il établissait déjà dans sa tribune relayée par l’Obs, le 4 juin 2020. George Floyd et Adama Traoré – décédé après une interpellation à Beaumont-sur-Oise en 2016 – « étaient tous deux noirs, de grande carrure, leurs vies ont basculé dans l’horreur en quelques heures ». Omar Sy s’était alors interrogé : « Je mesure 1,92 m, je suis noir, je leur ressemble. Est-ce qu’il peut m’arriver la même chose qu’à eux demain ? »

Dans cette tribune, l’acteur de la série Netflix Lupin appelait « au changement » mais aussi « à la remise en cause d’un système qui ne peut prétendre à la justice sans mettre fin à l’impunité organisée qui sévit depuis des décennies ». Il faisait en partie référence à Adama Traoré, comparant son décès à celui de George Floyd aux Etats-Unis. Omar Sy avait naïvement rappelé les faits de l’affaire Adama Traoré en France. Le jeune homme de 24 ans « a roulé à vélo, bermuda, bob sur la tête, sourire aux lèvres, tranquille, dans les rues de sa ville, accompagné de son frère, Bagui », à l’époque visé par une enquête pour « extorsion de fonds avec violence ». « Gendarmes, contrôle. Adama Traoré n’avait pas ses papiers sur lui. Il a fui », à trois reprises… « Les forces de l’ordre l’ont rattrapé. Écrasé, asphyxié, embarqué », écrivait l’acteur.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub