« Les piétons ne sont plus en sécurité » : polémique à Paris après deux accidents graves impliquant vélo et trottinettes - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 19 juin 2021

« Les piétons ne sont plus en sécurité » : polémique à Paris après deux accidents graves impliquant vélo et trottinettes

En l’espace de quelques jours, deux piétons ont été très gravement blessés, renversés à Paris par un vélo ou une trottinette électrique. Deux drames qui posent la question des « mobilités douces » si chères à la mairie de Paris.

Image/photo

Par : V.A.

Lundi 14 juin, 1h00 du matin, 1er arrondissement de Paris. Une femme de 31 ans circulant sur le quai de la Mégisserie est soudainement renversée par deux femmes circulant à trottinettes électriques. Violemment projetée au sol, la victime est, vendredi 18 juin au soir, toujours plongée dans le coma « avec un pronostic vital très engagé », raconte Le Parisien. Trois jours plus tard, cette fois-ci dans le 13ème arrondissement, une autre femme, âgée d’une cinquantaine d’années, est fauchée par un cycliste en état d’ivresse. Sans connaissance, la victime a été transportée à la Pitié Salpêtrière « entre la vie et la mort ». La proximité entre ces drames a soulevé la polémique au sein de la capitale, où la priorité est donnée depuis plusieurs années aux « mobilités douces ». « Encore un accident grave… Les piétons ne sont plus en sécurité à Paris », a ainsi commenté sur Twitter Marie Toubiana, élue municipale LR du 15ème arrondissement.

Piétons en danger ?

Auprès du Parisien, l’élue de droite détaille son idée : « Il va falloir se poser des questions. Les gens vont trop vite, débrident parfois leurs trottinettes, ne portent pas de casque, roulent sur les trottoirs », s’emporte-t-elle, précisant que dans plusieurs grandes villes du monde, les trottinettes électriques ont déjà été interdites. De son côté, la mairie s’est défendue de toute inaction. David Belliard, premier adjoint EELV d’Anne Hidalgo, s’est justifé jeudi soir, 17 juin : « Concernant les trottinettes, la Ville a fait le ménage, notamment en réduisant le nombre d’opérateurs à 3, en limitant le nombre d’engins à 5000 par opérateur, en les obligeant à stationner leur flotte en parking sous menace de fourrière ». L’élu écologiste avance aussi que la mairie de Paris a fait réduire la vitesse maximum autorisée des trottinettes électriques, diminuant de fait « le risque d’accidents mortels ».


Bas Pub