Loi bioéthique : l’inquiétude des associations familiales catholiques - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 30 juin 2021

Loi bioéthique : l’inquiétude des associations familiales catholiques

Mardi 29 juin était définitivement adoptée la loi bioéthique à l’Assemblé nationale, ouvrant notamment la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Les associations familiales catholiques regrettent une "défaite funeste".

Image/photo

Par : V.A.

« Si certains célèbrent aujourd’hui ce qui leur apparaît comme une victoire, il s’agit d’une victoire à la Pyrrhus car, au regard de l’Histoire, il s’agira d’une défaite funeste : défaite du réel, de la raison et de la dignité des plus faibles », déplore Pascale Morinière, présidente des Associations Familiales Catholiques (AFC), dans un article acéré paru dans Le Figaro, ce mercredi 30 juin 2021. En effet, après un combat de longue haleine, mais hélas sans illusions, le projet de loi de bioéthique a été adopté définitivement par le Parlement, mardi 29 juin. Au cœur de cette loi, la mesure emblématique d’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes célibataires. Son adoption clôt deux années de navette parlementaire, et relègue les débats prolifiques des Etats Généraux à « un sujet résolument politique, exprimé en émotion plutôt qu’en raison, et voué au rapport de force d’un camp contre l’autre », regrette encore Pascale Morinière.

«Quel monde avons-nous choisi pour demain?»

Question demeurée sans réponse, «quel monde avons-nous choisi pour demain?» guidait la réflexion des parties prenantes aux débats qui ont conduit à l’adoption de cette loi. Comme le rappelle la présidente des AFC dans les colonnes du Figaro, la controverse s’est cristallisée autour de l’idée de « procès sociétal », interdisant au débat de confronter « l’éthique et les progrès scientifiques », mais en l’obligeant à se féliciter d’un nouveau droit. Pascale Morinière en conclut qu’ « après s’être engagées résolument et avec conviction dans le débat bioéthique, les AFC achèvent cette séquence non pas perdantes, mais inquiètes pour l’avenir. »


Bas Pub