« Mon cher Phillipe » : ces lettres échangées entre Macron et de Villiers avant leur rupture - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 2 juin 2021

« Mon cher Phillipe » : ces lettres échangées entre Macron et de Villiers avant leur rupture

« Mon cher Phillipe » : ces lettres échangées entre Macron et de Villiers avant leur rupture

Image/photo

Par : V.A.


« On a peine à haïr ce qu’on a bien aimé, et le feu mal éteint est bientôt rallumé », disait Corneille en des temps reculés. Une assertion pleine de bons sentiments, sans doute, mais qui peine souvent à se vérifier. Entre Emmanuel Macron et Philippe de Villiers, par exemple, il est de plus en plus improbable que le feu se rallume un jour. La guerre est déclarée entre les deux hommes depuis la parution du dernier ouvrage du fondateur du Puy du Fou, Le jour d’après. Au cours d’une intense tournée médiatique pour en faire la promotion, Philippe de Villiers avait multiplié les saillies contre le président de la République, qu’il accusait d’avoir trahi son amitié. L’ancien président du Mouvement pour la France (MPF) évoquait notamment un diner houleux entre les deux hommes, qu’Emmanuel Macron avait d’ailleurs fini par quitter. Du reste, l’entourage du président avait immédiatement tenté de minorer la relation unissant les deux hommes, traitant Philippe de Villiers d’ « affabulateur ».

Une chaleureuse relation épistolaire

Pourtant, des lettres échangées par les deux hommes – et que dévoile L’Express – semblent conforter les déclarations de Philippe de Villiers. Entre juillet 2019 et mai 2020, le président et le Puyfolais ont ainsi échangé plusieurs missives. Les sujets abordés sont variés, mais souvent sérieux. Dans l’une des lettres, qu’Emmanuel Macron rédige à la main, ce dernier répond ainsi aux sollicitations de Philippe de Villiers dans le cadre de l’affaire Vincent Lambert. Si le président adresse une fin de non-recevoir à son interlocuteur – qui lui demandait d’intervenir publiquement – il lui assure du « grand plaisir » qu’il prendrait à en discuter avec lui. Plus généralement, le ton employé par Emmanuel Macron est toujours chaleureux, si ce n’est amical. Ses lettres commencent par « Mon cher Philippe », et se terminent souvent par « Avec mon amitié ».

Villiers ne pardonne pas

Les missives témoignent donc de la proximité entre les deux hommes. « Ça voulait bien dire qu’il m’écoutait ! », s’emporte Philippe de Villiers – contacté par les journalistes de L’Express. Alors, véritable amitié entre deux profils politiques particulièrement différents, ou courtoisie intéressée de la part d’Emmanuel Macron ? « Je ne peux vous répondre, il faut être deux pour être l’ami de quelqu’un », grince le Puyfolais en chef. Quoi qu’il en soit, rien ne laisse présager que la relation entre les deux hommes reprenne de plus belle. Elle avait pourtant commencé en 2016, lorsque Philippe de Villiers avait accueilli, hilare, le ministre de l’Économie de l’époque au sein du Puy du Fou. Les deux hommes avaient alors affiché une grande proximité. Un geste qui, pour beaucoup à droite, avait contribué à « légitimer » le candidat Macron auprès de l’électorat conservateur – très attaché à la figure de Villiers.

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub