Pour « paraître plus attrayante », l’Arabie saoudite veut baisser le son de l’appel à la prière - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 21 juin 2021

Pour « paraître plus attrayante », l’Arabie saoudite veut baisser le son de l’appel à la prière

Engagée depuis plusieurs années dans de profondes réformes, l’Arabie saoudite poursuit son lent chemin vers la sécularisation. Dernière mesure en date ? La réduction substantielle du son des appels à la prière.

Image/photo

Par : V.A.

C’est une nouvelle qui devrait réjouir Hubert Bonisseur de la Bath. Comme le relate Le Point, le jeune prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, vient d’annoncer la limitation du son des haut-parleurs appelant à la prière à hauteur d’un tiers de leurs capacités. Les sermons diffusés ne le seront plus intégralement. Prétexte avancé par le jeune prince : « la pollution sonore ». En réalité, l’Arabie saoudite est engagée depuis de longues années dans une vaste modernisation de sa culture politique et religieuse. Anciennement terre d’ancrage du wahhabisme et de tous les extrémismes musulmans, le royaume tend désormais à se séculariser – très progressivement. Ainsi, liste l’hebdomadaire libéral, le royaume a déjà récemment autorisé les restaurants et commerces à rester ouverts lors des cinq prières quotidiennes, l’ouverture de cinémas ou encore l’ouverture de la conduite aux femmes – qui restent cependant intégralement voilées.

Encore du chemin

Mohammed ben Salmane n’est pas exactement motivé par l’humanisme. Il cherche surtout à améliorer l’image controversée de son pays, au moment où ce dernier est confronté à un net ralentissement économique. Parmi les mesures symboliques prises récemment, il a ainsi fait supprimer la très crainte police des mœurs, qui faisait appliquer la charia dans l’espace public avec une certaine vigueur. Et les choses ne devraient pas en rester là. Si l’islam est toujours la seule religion autorisée en Arabie saoudite, certaines sources officieuses du gouvernement ne seraient pas contre la construction d’une église, ce qui constituerait un évènement absolument historique dans la région. Dans le même temps, précise Le Point, la levée de l’interdiction de l’alcool est toujours exclue par les autorités, même si une tolérance accrue pourrait très progressivement voir le jour. Cela dit, le prince héritier conserve un pouvoir absolu sur les affaires du royaume. A titre d’exemple, il exerce encore une répression absolue, que ce soit contre les extrémistes religieux ou contre les militantes féministes. Tout n’est pas encore parfait, loin de là, en Arabie saoudite.


Bas Pub