[SONDAGE] 7 FRANÇAIS SUR 10 VEULENT VOIR LES ÉTRANGERS CONDAMNÉS EN FRANCE EMPRISONNÉS DANS LEUR PAYS - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 3 juin 2021

[SONDAGE] 7 FRANÇAIS SUR 10 VEULENT VOIR LES ÉTRANGERS CONDAMNÉS EN FRANCE EMPRISONNÉS DANS LEUR PAYS

Les étrangers condamnés en France pour des crimes et délits doivent-ils exécuter leur peine dans leur pays d'origine ? Selon un sondage de l'Institut d'études CSA pour CNEWS, 7 Français sur 10 estiment que oui.

Image/photo

Par : CNEWS, Anthony Favalli

Un échantillon de 1.000 personnes majeures représentatif de la population nationale a répondu à cette question via un formulaire en ligne. Résultat, 66% des interrogés ont opté pour le «oui». Ils sont notamment 42% a en être «tout à fait» convaincus, quand les 24% restants se disent plus nuancés.

En étudiant les résultats détaillés d'un peu plus près, on constate que la part d'hommes et de femmes est plutôt équivalente du côté du «oui» (respectivement 65% d'hommes et 68% de femmes) comme du côté du «non» (35% contre 32%).

Le «oui» l'emporte dans toutes les classes d'âge, mais il est le plus marqué chez les 35-49 ans, qui ont répondu par l'affirmative à 70%. Chez les 18-24 ans la question fait davantage débat, avec 56% de «oui» contre 44% de «non». D'ailleurs, la majorité des plus jeunes (59%) a opté pour une réponse nuancée : 24% de «oui, plutôt» et 35% de «non, plutôt pas».

PRESQUE PAS DE DÉBAT À DROITE

Si l'on se réfère aux catégories socioprofessionnelles des interrogés, les opinions semblent plus tranchées avec seulement 27% de réponses négatives pour les CSP-, 35% pour les CSP+ et 37% pour les inactifs.

La couleur politique ne permet en revanche pas toujours de faire une franche différence. La question est notamment très discutée à gauche, où le «oui» et le «non» sont presque à l'équilibre dans tous les partis. Au centre, la République en marche y compris, 58% des réponses sont nuancées, avec 33% de «plutôt oui» et 25% de «non, plutôt pas». L'affirmative l'emporte malgré tout (63%), mais de manière moins évidente qu'à droite.

De ce côté de l'échiquier politique il n'y a presque pas de débat, avec seulement 17% de «non» sans compter l'extrême droite et 15% avec. Il faut regarder du côté des sympathisants du Rassemblement national pour observer la part la plus importante de réponses affirmatives, à 90%, dont 80% d'interrogés «tout à fait» convaincus.

  SOURCE : CNEWS, Anthony Favalli


Bas Pub