Tribune des généraux : pour leur avocat Me Goldnadel, « il n’y a aucune raison morale ou judiciaire que les généraux soient poursuivis » - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 18 juin 2021

Tribune des généraux : pour leur avocat Me Goldnadel, « il n’y a aucune raison morale ou judiciaire que les généraux soient poursuivis »

Six anciens généraux signataires de la tribune alertant sur le délitement de la France publiée dans Valeurs actuelles ont officiellement été convoqués devant un conseil supérieur militaire. Leur avocat Gilles-William Goldanel s'insurge contre une procédure hautement politique et idéologique. Entretien.

Image/photo

Par : Sébastien Lignier / V.A.

Valeurs actuelles. Vous avez récemment annoncé votre décision de représenter les six anciens généraux convoqués par le conseil supérieur militaire dans le cadre de l’affaire de la “tribune des généraux”, publiée le 22 avril sur Valeurs actuelles. Pourquoi ?

Gilles-William Goldnadel. Parce que c’est un honneur de défendre ces hommes. Ce sont eux qui sont venus vers moi. Je ne pouvais pas refuser de les défendre.

Sur quels motifs se basent ces convocations, qui devraient entraîner des auditions qui commenceront dans les mois qui viennent ?

e n’ai pas encore entendu les griefs reprochés à mes clients, mais il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu’ils vont attenter à leur obligation de réserve. Mais sur le plan juridique, il n’y a eu aucun manquement ! Ce n’est pas parce que vous faites partie de la Grande Muette que vous êtes condamné au silence. Ils n’ont pas été offensants à l’égard de leur hiérarchie, ils n’ont pas été violents dans les termes. Il existe en plus une jurisprudence en matière de tribunes chez les fonctionnaires, qui est la même que vous soyez magistrat ou soldat. J’observe d’ailleurs que dans le cas des magistrats, certains se sont comportés autrement plus violemment que ces militaires. Lorsqu’ils avaient créé le « mur des cons », la section presse du parquet de Paris considérait que les magistrats n’avaient pas commis de faute pénale. Il a fallu aller en appel pour que la présidente du syndicat de la magistrature soit condamnée. Avec les généraux, on n’est pas du tout dans les mêmes proportions ! Ils se sont exprimés de manière tout à fait convenables. Donc, que ce soit sur la plan juridique ou politique, le pari lancé par la ministre des Armées est extrêmement hasardeux. Florence […]

  SOURCE : valeursactuelles.com [La suite est réservée aux abonnés.]


Bas Pub