Tribune des militaires : nouvelle lettre ouverte des six généraux convoqués devant la justice «un appel à l’insurrection par le vote» - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 18 juin 2021

Tribune des militaires : nouvelle lettre ouverte des six généraux convoqués devant la justice «un appel à l’insurrection par le vote»

Après la tribune alarmante de 61 généraux, six d’entre eux ont été convoqués pour comparaître devant un conseil supérieur des Forces Armées. Ils sont accusés d’avoir brisé leur devoir de réserve et dénoncé “le délitement” de la France. Ce vendredi, ils publient une nouvelle lettre sur le site Place d’Armes.

Image/photo

Par : V.A.

Ils ne se tairont pas. Dans une lettre ouverte, rendue publique, ce vendredi 18 juin, à travers le site Internet de la communauté militaire engagé Place d’Armes, six généraux ont confirmé être « convoqués à comparaître devant un ‘Conseil supérieur des Forces Armées’ pour y être sanctionnés ». Ils sont accusés d’avoir brisé leur devoir de réserve et dénoncé « le délitement » de la France. Le ministère des Armées avait déjà annoncé, il y a quelques jours, qu’une convocation avait été envoyée aux six officiers ayant publiquement assumé d’avoir signé la tribune. Les autres ont dû recevoir un courrier pour confirmer leur version, et agir en fonction. Ces hauts gradés faisaient partie des 61 généraux à avoir signé la tribune relayée par Valeurs actuelles, le 21 avril dernier. Ils s’y alarmaient du « délitement » et « d’une montée régulière de la violence » en France. Un « constat déjà dressé par de nombreux hommes politiques de tous bords », ont rappelé les six hommes dans leur nouvelle lettre ouverte. Les auteurs n’ont pu s’empêcher d’avoir une « pensée émue » en comparant leur situation à celle de « deux personnages » ayant fait les frais de « condamnations par une justice militaire aussi expéditive qu’injuste » : Alfred Dreyfus et Charles de Gaulle.

Mélenchon et le gouvernement dans le viseur

Pour rappel, la tribune des militaires avait fait grand bruit. Le chef de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon avait même qualifié cette lettre d’« appel à l’insurrection ». Quelques jours plus tard, le gouvernement s’était aussi attaqué à la tribune « avec la plus grande véhémence et la plus totale mauvaise foi », ont jugé les six accusés. « Il est aidé dans son combat par monsieur Mélenchon, bien sûr, mais aussi par la meute des médias mainstream subventionnés qui lui est dévouée (à quelques exceptions près). Madame Pannier-Runacher, Madame Parly et même Monsieur Castex sont parmi les plus virulents. Des mots qui relèvent de la diffamation sont prononcés à l’égard des anciens militaires : factieux, séditieux, putschistes, même si ces paroles baissent d’un ton après que le procureur de Paris ait rendu sa réponse », dénoncent encore les auteurs de cette nouvelle lettre ce vendredi.

Et les généraux de prévenir : « Ils auront à en répondre devant la Justice civile sachant que Monsieur Rémi Heitz, procureur de Paris, a déjà qualifié ces accusations d’infondées. » Les six hauts gradés ont aussi pointé la ministre des Armées Florence Parly pour avoir « instrumentalisé » les faits « comme ses prédécesseurs des affaires Dreyfus et de Gaulle ». « Le lecteur doit comprendre que, dans cette affaire, madame Parly est à la fois partie, procureur-disciplinaire et quasi-juge disciplinaire. »

Un « appel à l’insurrection par le vote »

Les six militaires ont appelé « les électeurs à voter et à faire voter leurs proches massivement » dans le but d’« éviter que l’abstention ne profite aux plus malfaisants et/ou incompétents des candidats et/ou des partis politiques ». « Votez pour qui vous voulez, mais ne votez pas blanc, car votre suffrage ne sera, hélas, pas compté comme suffrage exprimé », ont-ils incité. Pour eux, il faut « sanctionner par (les) votes ceux qui sanctionnent et qui utilisent la diffamation, le mensonge, et l’instrumentalisation des outils de pouvoir pour continuer d’exister et de nuire à notre pays ». Pour terminer leur lettre, les auteurs ont donc lancé un dernier appel. Celui pour « l’insurrection par le vote » : « Insurrection républicaine qui rythme la vie politique et démocratique de notre pays depuis fort longtemps et qui revêt une importance particulière, pour ne pas dire vitale, aujourd’hui. »

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub