[VIDEO] “Ils n’ont pas envie de me soutenir” : Mila dénonce la “lâcheté et la malveillance” des associations LGBT et féministes - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 17 juin 2021

[VIDEO] “Ils n’ont pas envie de me soutenir” : Mila dénonce la “lâcheté et la malveillance” des associations LGBT et féministes

Devenue un symbole du harcèlement sur les réseaux sociaux après ses critiques de l'Islam, Mila juge que les associations LGBT et féministes font tout « pour ne pas la défendre ».

Image/photo

Par : V.A.

Elle vit un cauchemar depuis 18 mois. Cyberharcelée depuis janvier 2020 après avoir publié une vidéo controversée sur l’islam, Mila s’est longuement confiée dans un entretien accordé à C à vous, mardi 15 juin. La jeune femme de 17 ans s’est notamment attaquée aux associations LGBT et féministes qui, selon elle, font tout « pour ne pas la défendre ». « Ces associations n’ont pas envie de me soutenir. Ils essaient de trouver tout et n’importe quoi pour ne pas me défendre. Ils me reprochent des propos sexistes, transphobes alors que jamais de la vie. Ce sont des prétextes. Toutes ces accusations font beaucoup de mal autour de moi », confie-t-elle tout en soulignant une forme de « lâcheté et de malveillance ».

Mila a également condamné « une nation fragile et lâche ». « On n’est pas dans le monde des Bisounours. Ça ne changera pas demain », insiste-t-elle. Au mois de décembre 2020, la jeune femme avait été renvoyée de son lycée militaire pour avoir révélé le nom de l’établissement dans lequel elle se trouvait sur les réseaux sociaux. Comme le rappelle BFMTV, elle vit désormais sous protection policière et prépare son bac à distance par l’’intermédiaire du Centre national d’enseignement à distance (Cned). Mardi, à l’Assemblée nationale, Jean-Michel Blanquera de nouveau apporté son soutien à Mila, à quelques jours du procès de 13 personnes soupçonnées de l’avoir cybercelée. Le ministre de l’Éducation a dénoncé « un scandale au cœur de notre société ».

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub