« C’est le grand black-out » : à un an de la présidentielle, LREM se cherche et se déchire - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 5 juillet 2021

« C’est le grand black-out » : à un an de la présidentielle, LREM se cherche et se déchire

Quelques jours après les régionales, qui ont tourné au désastre pour la majorité présidentielle, LREM se cherche désespérément un cap, et regrette le grand flou entretenu par Emmanuel Macron.

Image/photo

Par : V.A.

L’heure n’est pas exactement à la joie, du côté de chez LREM. Si Emmanuel Macron conserve une forte popularité parmi les Français, autour de 40%, et s’il est fréquemment annoncé vainqueur de l’élection présidentielle 2022, son parti est profondément engoncé dans le marasme. Depuis 2017, toutes les élections dans lesquelles LREM s’est engagé ont tourné au fiasco – à l’exception des européennes de 2019, qui correspondaient au cœur de cible électoral de la macronie. Aux récentes élections régionales, la débandade a même été totale, le parti fondé par Emmanuel Macron n’ayant jamais été en mesure de remporter une région. Confrontée à un tel marasme électoral, la majorité désespère de recevoir un cap de la part de son chef. « C’est très secret, je ne sais pas du tout dire de quel côté la pièce va tomber », confie un ministre d’importance au Parisien. A un an de la fin de son (premier ?) mandat, l’ancien ministre socialiste semble tergiverser ? Quelles réformes lancer, quelle ampleur donner à un remaniement, si toutefois il en faut un ? « C’est le black-out », résume un conseiller de la macronie.

Guérini menacé

Faute de cap clairement établi, la majorité foisonne de propositions : la réforme des retraites, promise depuis plusieurs années, tient la corde, mais doit cohabiter avec celle de l’assurance-chômage, des réformes pour la jeunesse, etc. Et cette cacophonie interne s’explique aussi par une forte contestation de la direction du parti. Comme le rappelle Le Parisien, de nombreuses figures de la majorité pestent contre « les erreurs » du parti et de la direction de Stanislas Guérini. « Il faut revoir la façon de faire fonctionner En Marche », déclarait ainsi Gérald Darmanin récemment. François Bayrou, au micro du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro, a même appelé à refonder « un grand mouvement politique démocrate » en vue de 2022. D’ici là, la place de Stanislas Guérini pourrait être menacée. Nombreux sont ceux qui souhaiteraient voir l’eurodéputé Stéphane Séjourné, proche conseiller de Macron, prendre la tête du parti. En attendant que s’exprime, enfin, le grand chef.


Bas Pub