Les petits arrangements d’Hidalgo pour maintenir le faible temps de travail des agents de Paris - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 5 juillet 2021

Les petits arrangements d’Hidalgo pour maintenir le faible temps de travail des agents de Paris

La loi de la transformation publique d’Emmanuel Macron prévoit notamment de huit jours de congé aux fonctionnaires de la ville de Paris. Mais la maire a réussi à en récupérer sept…

Image/photo

Par : V.A.

Des petites combines pour satisfaire certains travailleurs. La municipalité de Paris est censée se soumettre à la loi de la transformation publique d’Emmanuel Macron. Ce texte, adopté en 2019, compte pousser les fonctionnaires de la ville de Paris à augmenter leur temps de travail, en supprimant huit jours de congé. Le but : se conformer aux 35 heures par semaine. Il s’agirait donc de 1 607 heures par an. Mais Anne Hidalgo aurait trouvé une astuce pour maintenir le faible temps de travail de ses 54 000 fonctionnaires et contractuels, qui effectuent en moyenne 1 552 heures de travail par an, rapporte Le Point, ce dimanche 4 juillet. La maire socialiste aurait réussi à récupérer sept jours de congé pour ses agents. Et ce, grâce à différents arrangements, pouvant être considérés comme illégaux, relate Le Point.

Une compensation pour la pénibilité des tâches

Anne Hidalgo aurait d’abord eu recours à des jours de fractionnement. Ce dispositif existe déjà dans le secteur privé et permet d’obtenir deux jours de congé supplémentaires. La seule condition : le salarié doit poser huit journées de congé entre novembre et mars inclus, rappelle Le Point. Le journal révèle aussi que le fait d’augmenter le temps de travail quotidien de seulement quelques minutes pourrait faire bénéficier aux fonctionnaires deux jours de RTT en plus. Par ce procédé, ils pourraient même déterminer s’ils souhaitent travailler 4 ou 4,5 jours par semaine.

Comme le rapportent nos confrères du Point, Anne Hidalgo a aussi joué la carte de la pénibilité des agents du service public. Elle a ainsi pu leur obtenir trois jours de congé supplémentaires à cause de « l’intensité et l’environnement de travail particulier des agents de la collectivité parisienne ». Il s’agirait d’une compensation pour la pénibilité de tous les fonctionnaires parisiens qui exercent dans un climat bruyant et pollué. Néanmoins, cette dernière astuce serait « illégale », d’après un connaisseur des ressources humaines des collectivités, au Point.

Rien ne va changer pour 30% de fonctionnaires

Pire encore, la municipalité a réussi à négocier une « meilleure reconnaissance de la pénibilité de certains métiers », relate Le Point. Ainsi, près de 30% des fonctionnaires de la ville de Paris ne verront peut-être pas leur temps de travail rallongé. Certains pourront même bénéficier d’une baisse de leurs heures. Les auxiliaires de puériculture dans les crèches à Paris pourraient travailler moins « grâce à la prise en compte dans leur temps de travail de l’habillage et du déshabillage », est-il écrit dans Le Point. Néanmoins, le préfet devra s’assurer de la légalité de cette réorganisation du temps de travail à la ville de Paris. Avec son accord, la mesure pourra être ensuite adoptée en délibération, en Conseil de Paris, le 6 juillet prochain.


Bas Pub