« Pourquoi n’expulsons-nous pas les migrants ? » : l’ex-chef du renseignement allemand éreinte la politique de Merkel - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 7 juillet 2021

« Pourquoi n’expulsons-nous pas les migrants ? » : l’ex-chef du renseignement allemand éreinte la politique de Merkel

L’ancien chef du renseignement allemand, viré par Angela Merkel en 2018, a accordé un entretien au tabloïd britannique Daily Mail, dans lequel il étrille la politique migratoire de la chancelière allemande.

Image/photo

Par : V.A.

En octobre prochain, Angela Merkel quittera son poste de chancelière. Fatalement, la fin imminente de son mandat libère la parole, et de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer une nouvelle donne politique en Allemagne, après plus de 16 ans de règne de « Mutti ». Dans les rangs mêmes de son parti, la CDU, certains insistent notamment sur le bilan migratoire de la Chancelière, et réclament un virage plus sécuritaire en octobre. C’est notamment le cas de Hans-Georg Maassen, l’ancien directeur des renseignements allemands. Dans un entretien accordé au Daily Mail, le samedi 3 juillet, ce dernier a étrillé la politique migratoire d’Angela Merkel. En 2015, la chancelière allemande avait laissé entrer plus d’un million de migrants dans son pays. Les Allemands « ne peuvent pas comprendre pourquoi de plus en plus de personnes entrent dans ce pays alors qu’elles n’ont évidemment aucun droit à l’asile », martèle Maassen. Surtout, l’ancien chef du renseignement insiste sur l’inconsistance des politiques allemands, qui donnent l’impression d’accepter « tout simplement le fait que les gens d’ici soient victimes de ces migrants ».

La CDU sous le feu des critiques

« Pour n’expulsons-nous pas les migrants ?», s’emporte Hans-Georg Maassen, quelques jours après qu’un réfugié somalien, justement arrivé en 2015, a poignardé et tué trois personnes à Würzburg – aux cris d’ « Allah Akbar ». Et parmi les responsables de « ce déclin allemand, politique et économique », l’ancien fonctionnaire, viré par Angela Merkel en 2018, pointe notamment la responsabilité de la CDU. « Le parti a clairement subi beaucoup de dégâts au cours des 20 dernières années », regrette Maassen, qui critique une sorte de fan-club uniquement intéressé par les réélections successives d’Angela Merkel. « C’est devenu un club pour élire la chancelière sous le slogan ’Nous voulons que Merkel soit réélue’, mais la substance politique et programmatique réelle a disparu ». Les attaques de Hans-Georg Maassen ne tombent pas à n’importe quel moment. Candidat CDU en Thuringe, pour les élections du 26 septembre prochain qui décideront du successeur d’Angela Merkel, l’ancien chef des renseignements espère être élu, et incarner l’aile droite de la CDU à l’avenir.


Bas Pub