Prise en charge médicale des clandestins : le dispositif français est “l’un des plus généreux” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 7 juillet 2021

Prise en charge médicale des clandestins : le dispositif français est “l’un des plus généreux”

A l’origine d’un rapport parlementaire, une députée LR a notamment indiqué qu’il est difficile de chiffrer précisément les dépenses liés à l’accueil de clandestins à des fins médicales.

Image/photo

Par : V.A.

Véronique Louwagie le dénonce. Dans une interview accordée au journal Marianne, lundi 5 juillet, la députée LR de l’Orne a dévoilé un rapport parlementaire sur la prise en charge médicale des clandestins en France. Elle a notamment confirmé que le dispositif français était « l’un des plus généreux ». Véronique Louwagie a en effet expliqué à Marianne avoir consulté un rapport de l’Inspection générale des finances et l’Inspection générale de la sécurité sociale, datant de 2019. Il y présentait « le dispositif français comme l’un des plus généreux qui existent. » La parlementaire a alors soufflé : « Si les situations sont très différentes d’un pays à l’autre, il apparaît qu’aucun des pays consultés n’a de dispositif équivalent à celui de la France. » Et ce, encore aujourd’hui en 2021.

Des étrangers venus « uniquement pour avoir un accès aux soins »

Véronique Louwagie a expliqué la stratégie de ces clandestins : « Aujourd’hui, les nombreuses personnes qui font une demande d’asile sont en situation régulière tant que leur demande n’a pas été traitée. Elles sont alors couvertes par le dispositif d’assurance maladie de droit commun, la protection universelle maladie (Puma). Or, nous savons qu’il y a un certain nombre de personnes qui font des demandes d’asile, émanant de pays d’origine dits « sûrs », uniquement pour avoir un accès aux soins. » La députée de l’Orne a poursuivi dans Marianne : « Puis une fois les personnes déboutées, beaucoup déposent une demande de titre de séjour pour soin. Et dans l’attente, elles seront prises en charge par l’aide médicale d’Etat (AME). »

« Recentrer » l’AME

S’il est très difficile de calculer le montant de la dépense de ces aides médicales aux clandestins, Véronique Louwagie a toutefois expliqué : « Pour en avoir une idée réelle, il serait nécessaire d’additionner la dépense des onze dispositifs existants prenant en charge les migrants. » En revanche, elle a avoué n’avoir pu en « chiffrer que six ». « J’arrive à 1,5 milliard d’euros en 2020, soit un montant supérieur de près de 60 % au coût de la seule AME. Il en reste donc cinq autres dont le montant n’est pas connu. »

Les solutions, selon la députée, ne seraient « pas de supprimer l’AME mais de la recentrer sur les soins urgents », afin d’« éviter les abus ». Auprès de Marianne, Véronique Louwagie plaide pour « un véritable travail interministériel » dans le but d’évaluer « plus précisément le nombre et le coût des étrangers en situation irrégulière ». Et de conclure : « Nous devrions aussi pouvoir bénéficier des données sur la nationalité des bénéficiaires de l’AME, ainsi que sur la nature des soins. »

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub