Toul : des ouvriers tombent nez à nez avec un prisonnier sur le toit de la maison d’arrêt - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 9 juillet 2021

Toul : des ouvriers tombent nez à nez avec un prisonnier sur le toit de la maison d’arrêt

Ce jeudi 8 juillet au matin, des ouvriers qui travaillaient sur la toiture de la prison ont eu la surprise de découvrir un détenu.

Image/photo

Par : V.A.

Surprise de taille pour les ouvriers de la maison d’arrêt de Toul ce jeudi 8 juillet. Alors qu’ils travaillaient sur le toit de la prison, ils sont tombés nez à nez avec… un détenu ! « Ce matin on attendait un contrôleur de la sécurité donc dans un premier temps on n’a pas été surpris, sauf que l’homme s’est montré très agressif alors on a vite compris que c’était un détenu », raconte l’un d’entre eux à l’Est Républicain. Et d’ajouter : « On lui a demandé qui était-il nous a répondu qu’il était un révolutionnaire, et nous a demandé de descendre. Il semblait excessivement énervé mais lucide ». Le détenu, d’une trentaine d’années, a profité des échafaudages dus aux travaux pour monter sur la toiture. Il s’est emparé des outils des ouvriers qui étaient encore sur place, notamment une tronçonneuse et plusieurs marteaux. « Il était agressif, déterminé, je ne sais pas ce qu’il veut mais je ne pense pas qu’il va se rendre de sitôt » confirme un ouvrier.

Sept heures de négociations

Si l’administration pénitentiaire prétend qu’ils ont réussi à évacuer les outils, les ouvriers disent toujours attendre qu’on les leur restitue. Une équipe régionale d’intervention et de sécurité (ERIS) de Strasbourg a été dépêchée sur place afin de tenter de négocier avec le forcené. Il ne semble pas demander de transfert d’après le syndicat FO pénitentiaire. Le centre pénitentiaire de Toul qui accueille 390 détenus n’est pas en situation de surpopulation carcérale. Vers 17 h 15, des membres de l’ERIS sont montés sur le toit. Une stratégie que redoutaient les forces de l’ordre étant donné que le forcené se trouvait à plusieurs mètres de hauteur et pouvait se jeter dans le vide. Mais, comme le rapporte L’Est républicain, le prisonnier s’est finalement rendu après sept heures de négociation.


Bas Pub