UE, migrants, droits LGBT : Viktor Orban contre-attaque face à l’Union européenne - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 1 juillet 2021

UE, migrants, droits LGBT : Viktor Orban contre-attaque face à l’Union européenne

Un court communiqué garnissait les pages de plusieurs journaux européens, mardi 29 juin. Le gouvernement hongrois faisait connaître ses sept constats sur "l’avenir de l’Union Européenne"

Image/photo

Par : V.A.

Toutes les rédactions n’ont pas accepté de publier le « publi-communiqué » du gouvernement hongrois ce mardi 29 juin au matin. Le message tient en une page, intitulée « De l’avenir de l’Union européenne. Les propositions de la Hongrie ». Il porte la réponse de Viktor Orban à la récente polémique sur les lois dites « homophobes » entrées récemment en vigueur en Hongrie. La pression exercée contre ces lois par l’Union européenne semble renforcer le dirigeant hongrois dans sa détermination. Selon Ouest France, qui relaie l’info, le Premier ministre s’offre par ce communiqué un relai médiatique de premier plan, en proposant aux médias européens de droite la publication de sept constats. Certains journaux ont refusé, à l’instar de deux journaux belges, La Libre Belgique et De Standaard. Ce dernier a d’ailleurs publié à la place cette phrase : « Dear Viktor Orban, laws should never distinguish love from love » (Cher Viktor Orban, les lois ne devraient pas distinguer l’amour de l’amour).

Sept constats venus d’une Hongrie volontairement illibérale

Le « publi-communiqué » hongrois nie entre autres à l’Union européenne le droit de s’édifier en un « super-État », un « empire européen » auquel « personne n’a donné mandat ». Il nuance le rôle de l’intégration, qui est « un moyen » et non « une fin », remettant en cause l’union « étroite » des peuples voulue par l’UE. On y lit également le constat des défis migratoires et pandémiques, qui se profilerait pour « la prochaine décennie ». La Hongrie milite également pour le renforcement du « rôle des parlements nationaux », fustigeant le Parlement européen « qui représente exclusivement ses propres intérêts idéologiques et institutionnels ». Le retour d’une Europe des nations ?


Bas Pub