Une majorité des jeunes enseignants en faveur du burkini et d’horaires réservés aux femmes dans les piscines - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 6 juillet 2021

Une majorité des jeunes enseignants en faveur du burkini et d’horaires réservés aux femmes dans les piscines

Une nouvelle enquête révèle que les enseignants de moins de 30 ans seraient moins regardants sur les principes stricts de laïcité contrairement à leurs aînés.

Image/photo

Par : V.A.

Un fossé générationnel entre les professeurs. C’est ce que révèle une nouvelle étude de l’Ifop et de L’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès, ce mardi 6 juillet. En écho au plan de formation sur quatre ans, lancé par le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, cette enquête s’est penchée sur la perception des enseignants de la laïcité à l’école et dans l’espace public. Les jeunes enseignants seraient particulièrement plus favorables que leurs aînés au port des signes distinctifs religieux, notamment dans les piscines publiques. Exactement, 59 % des professeurs de moins de 30 ans seraient favorables à ce qu’une loi autorise les femmes à porter un burkini – ce maillot de bain couvrant la totalité du corps et de la tête, pour les femmes musulmanes. Leurs collègues âgés entre 30 et 39 ans y sont pourtant un peu plus opposés (32% en faveur). De même pour les enseignants entre 40 et 49 ans (20% pour).

Voile des parents d’élèves, enseignement de l’arabe

L’écart est quelque peu similaire sur une autre question posée par l’Ifop et la Fondation Jean-Jaurès. Les jeunes professeurs sont un peu plus de la majorité (51%) à être favorables à une loi autorisant des horaires réservés aux femmes dans les piscines publiques. Le chiffre dégringole pour leurs aînés : 22% pour les 30-39 ans, 17% pour les 40-49 ans et 12% pour ceux âgés de 50 ans et plus.

« Une laïcité ouverte, libérale et inclusive »

Le port des signes religieux par les parents d’élèves, accompagnant bénévolement les enfants lors de sorties scolaires, a aussi été pointé par l’étude. Il est révélé que 36% de l’ensemble des enseignants serait favorable au « port de signes religieux ostensibles » – en l’occurrence le voile – par les parents d’élèves. En revanche, le chiffre grimpe à 56% pour ceux de moins de 30 ans. L’écart se creuse davantage avec l’ensemble des Français qui y seraient bien plus réticents (26%). L’enseignement de l’arabe et des « langues maternelles » serait aussi plus accepté par les jeunes instituteurs. Ils sont pour à 64% contre 45% pour leurs aînés de 40-49 ans. Comme le conclut l’enquête, les jeunes enseignants se distingueraient de leurs aînés par « une adhésion assez nette aux principes d’une laïcité ouverte, libérale et inclusive dominant la plupart des sociétés anglo-saxonnes ».


Bas Pub