Société kafkaïenne : 18 mois de prison avec sursis pour le CRS qui avait bousculé un militant pro-migrants - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 2 septembre 2021

Société kafkaïenne : 18 mois de prison avec sursis pour le CRS qui avait bousculé un militant pro-migrants

Un CRS qui avait bousculé un militant pro-migrants à Calais en 2018 a été condamné, jeudi 2 septembre, à 18 mois de prison avec sursis et à deux ans d’interdiction d’exercer, relate Le Monde.

Image/photo

Par : V.A.

Les juges se sont montrés encore plus sévères que le parquet. Un CRS a été condamné jeudi 2 septembre à 18 mois de prison avec sursis et à deux ans d’interdiction d’exercer sa profession pour violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique sans ITT, rapporte Le Monde. Au cœur de l’affaire, une poussette à l’encontre d’un militant pro-migrants britannique lors d’une opération d’évacuation menée à Calais en 2018.


« Société kafkaïenne »

Durant l’opération, le policier avait repoussé le bénévole vers la barrière de sécurité alors que ceux-ci marchaient le long d’une route. Le jeune homme était tombé à la renverse sur le bas-côté. Plusieurs militants dont la victime avaient filmé les faits. Comme le montre la vidéo publiée par Le Monde, l’altercation n’apparaît pas spécialement violente, mais le CRS, ainsi que deux de ses collègues, était également accusé de faux en écriture publique. Le PV originel affirmait en effet que le brigadier-chef mis en cause avait agi « dans un réflexe de défense » et que le militant l’avait « entraîné avec lui au sol ». L’homme avait été interpellé pour outrage, mais relaxé.

« Vous êtes l’autorité, vous devez être irréprochable ! », a reproché le procureur à l’accusé, avant de demander un an de prison avec sursis et 5 ans d’interdiction d’exercer, précise France Bleu. « Pour un policier, un an d’interdiction d’exercer ça vaut trois ans de prison ferme ! » ; s’est indignée la défense qui a demandé la relaxe. Elle a été obtenue dans le cas des deux autres accusés. « On demande aux policiers de faire une omelette sans toucher un œuf », s’était indigné leur avocat. Et d’ajouter : « On est dans une société kafkaïenne, où on réclame de l’autorité, mais où on ne la supporte pas ».

  SOURCE : valeursactuelles.com


Bas Pub