Présidentielle 2022 : Mélenchon propose « d’amnistier » les gilets jaunes condamnés

Le candidat de la France insoumise a dénoncé l’« autoritarisme » du gouvernement durant le quinquennat d'Emmanuel Macron lors de son meeting place de la République, à Paris, ce dimanche 20 mars.

Image d'illustration

Les organisateurs de cette « Marche pour la VIe République » ont estimé à 100 000 le nombre de participants rassemblés à Paris ce dimanche 20 mars 2022. Sur une scène installée symboliquement place de la République, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé la « dérive autoritaire » sous le mandat d’Emmanuel Macron. « Le gouvernement de l’Union populaire réparera tout ce qui peut l’être pour les victimes de l’autoritarisme », a-t-il affirmé, relaie BFMTV.

Amnistier les gilets jaunes condamnés

L’une des premières mesures qu’il prendra s’il est élu : l’amnistie de tous les gilets jaunes condamnés. Victimes « d’une répression policière » à l’époque, selon lui, « (s)on gouvernement rendra justice à toutes les victimes de ce quinquennat autoritaire ». Les derniers chiffres du ministère de la Justice, montrent qu’entre le 17 novembre 2018 et le 13 novembre 2019, 3 204 condamnations de gilets jaunes au total ont été prononcées. Parmi elles, 1 014 personnes ont été condamnées à de la prison ferme, 1 268 à une peine avec sursis et environ 900 à une peine alternative (travaux d’intérêt général…).

Jean-Luc Mélenchon entend aussi amnistier « les militants écologistes et syndicalistes réprimés par les abus du pouvoir ». Le candidat de la France insoumise promet également « le reclassement et l’indemnisation des victimes d’amputation et d’éborgnement dont la vie a été brisée par les violences policières », a-t-il déclaré devant une foule de sympathisants. Les forces de l’ordre se verront interdites l’usage de matériels offensifs et des « techniques de neutralisation physique mortelle ».

Réintégrer les soignants non vaccinés contre le Covid-19

Une autre « injustice » à ces yeux mérite d’être réparée. Le député LFI veut réintégrer les personnels de santé « chassés de l’hôpital », faisant référence aux soignants ayant refusé de se faire vacciner contre le Covid-19.

En effet, depuis le 15 octobre 2021, les médecins et personnels d’établissements de santé doivent présenter un schéma vaccinal complet ou une contre-indication médicale valable pour conserver leur emploi. Cette obligation n’étant pas liée au pass vaccinal, ni même au pass sanitaire, les soignants non vaccinés ne peuvent toujours pas reprendre leur travail.



Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

“ French Lives Matter ” : le site identitaire qui recense les crimes commis contre les “Français de souche” et alerte sur l’ensauvagement

[VIDEO] Afghanistan : un drapeau français sur un cercueil pour célébrer le départ des troupes occidentales

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du lundi 18 avril 2022 sur 01topinfo.fr

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du vendredi 22 avril 2022 sur 01topinfo.fr