Guerre en Ukraine : la situation humanitaire devient critique dans plusieurs villes, la Russie poursuit sa campagne de bombardements

Dans la ville assiégée de Marioupol, sans eau, gaz, électricité et bientôt sans nourriture, la situation est « désespérée », selon MSF. Pour la première fois depuis le début de l’invasion, l’armée russe a visé des villes jusqu’ici épargnées, comme Dnipro, dans le centre du pays.

Image d'illustration

L’ESSENTIEL

  1. Deux aéroports militaires ont été visés dans l’ouest du pays : à Loutsk, où quatre soldats ukrainiens ont été tués, et à Ivano-Frankivsk. Ces bases ont été « mises hors service », a affirmé le ministère de la défense russe.
  2. L’armée russe a frappé, pour la première fois, la ville de Dnipro, un centre industriel situé sur le Dniepr, fleuve qui marque la séparation entre l’Est, en partie prorusse, et le reste du pays. Jusqu’ici épargnée par la progression des soldats russes, Dnipro a été tôt vendredi la cible de raids qui ont fait au moins un mort, ont annoncé les autorités locales. « Il y a eu trois frappes aériennes sur la ville, sur un jardin d’enfants, un immeuble d’habitations et une usine de chaussures (…), où un incendie s’est ensuite déclaré », ont déclaré les services d’urgence ukrainiens.
  3. Les Russes continuent aussi à prendre Kiev en tenailles. Après avoir atteint ses faubourgs, ils cherchent à éliminer les défenses ukrainiennes dans plusieurs localités à l’ouest et au nord de la capitale pour la « bloquer », a expliqué l’état-major ukrainien. Près de 20 000 personnes ont déjà été évacuées mercredi et jeudi de la région de Kiev et quelque 100 000 au total sur ces deux jours de l’ensemble des zones en proie aux combats, ont signalé les autorités ukrainiennes.
  4. Des raids aériens nocturnes ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi au-dessus des villes de Tchernihiv (Nord), Soumy et Kharkiv (Nord-Est), endommageant des immeubles d’habitations. Dans cette dernière ville, un établissement pour personnes handicapées a été atteint, sans faire de victime.
  5. De Kharkiv à Marioupol, en passant par Mykolaïv, dans le Sud, la situation humanitaire ne cesse de s’aggraver dans les localités assiégées ou menacées par l’offensive russe. La ville de Marioupol, où 1 582 habitants ont péri, est dans une situation « désespérée », selon un haut responsable de Médecins sans frontières ; « les sièges sont une pratique médiévale qui a été interdite par les lois modernes de la guerre, et ce pour une bonne raison », assène-t-il.
  6. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a accusé vendredi l’armée russe d’empêcher l’évacuation de civils des villes encerclées de Marioupol et Volnovakha et d’avoir mené une attaque sur le tracé d’un couloir humanitaire.

Le point sur l’offensive russe en Ukraine

L’armée russe se concentrait vendredi sur Kiev et l’est de l’Ukraine. La capitale ukrainienne ainsi que Marioupol, sur la mer d’Azov, Kryvy Rih, Krementchouk, Nikopol et Zaporijia sont les principales zones où se concentrent toujours les efforts des Russes, a déclaré l’armée ukrainienne dans un communiqué.

Le point sur la situation :

Le président américain Joe Biden a annoncé vendredi que les Etats-Unis et leurs alliés ont décidé d’exclure la Russie du régime normal de réciprocité régissant le commerce mondial, ce qui ouvre la voie à l’imposition de sévères tarifs douaniers. Les Etats-Unis ont également interdit les importations de vodka, de diamants et de produits de la mer russes. Peu après, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé que l’UE allait bannir l’exportation des produits de luxe européens vers la Russie.

M. Biden s’est engagé à « éviter » une « confrontation directe entre l’OTAN et la Russie », car elle provoquerait « la troisième guerre mondiale ». Il a aussi affirmé que la Russie « paiera[it] le prix fort si elle utilis[ait] des armes chimiques » en Ukraine. Le Congrès américain a adopté un nouveau budget fédéral, avec une enveloppe faramineuse de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne.

Emmanuel Macron a prévenu vendredi, à l’issue du sommet de l’UE à Versailles, que les Européens étaient prêts à prendre des « sanctions massives » contre la Russie si la guerre se poursuivait. Peu avant, Volodymyr Zelensky avait appelé dans une vidéo sur Telegram l’Union européenne à « en faire plus », après que les dirigeants des 27 ont exclu toute adhésion rapide de l’Ukraine. La Grande-Bretagne a annoncé pour sa part des sanctions contre 386 députés de la Douma russe ayant soutenu l’invasion de l’Ukraine et le Canada a décidé de nouvelles sanctions contre des oligarques russes, notamment Roman Abramovitch.

Vladimir Poutine a ordonné à son armée de faciliter l’envoi de combattants « volontaires » en Ukraine en réponse à l’acheminement, selon lui, de « mercenaires » par l’Occident. De son côté, m-l’Ukraine a annoncé la création d’une légion d’étrangers volontaires intégrée à ses forces armées pour combattre les forces russes sur son territoire.

Le parquet russe a ordonné un « contrôle strict » des entreprises étrangères qui, de Coca-Cola à H&M, en passant par McDonald’s, Ikea, Shell ou BP, ont suspendu leurs activités en représailles à l’intervention russe en Ukraine. La Russie a par ailleurs ordonné le blocage d’Instagram et va poursuivre Facebook pour « appel au meurtre ».

Les pays du G7 ont demandé à la communauté internationale d’éviter toute mesure limitant les exportations de denrées alimentaires pour ne pas aggraver l’actuelle hausse des prix sur ce marché déstabilisé par la guerre en Ukraine. Parallèlement, le président français Emmanuel Macron a estimé que l’Europe et l’Afrique « seront très profondément déstabilisées sur le plan alimentaire » dans les 12 à 18 mois à venir en raison de la guerre.

Plus de 2,5 millions de personnes ont déjà fui la guerre en Ukraine et deux millions d’autres ont été déplacées à l’intérieur du pays depuis le lancement de l’invasion russe le 24 février, a annoncé l’ONU vendredi.

L’UE va bannir les exportations de produits de luxe vers la Russie

Dans le cadre de nouvelles sanctions décidées avec les pays du G7, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a annoncé que l’Union européenne allait cibler l’élite russe et interdire l’exportation de produits de luxe vers la Russie. « Ceux qui soutiennent la machine de guerre de Poutine ne devraient plus pouvoir profiter de leur style de vie somptueux pendant que des bombes tombent sur des innocents en Ukraine », a-t-elle ajouté dans un communiqué. Le luxe français et italien devrait être particulièrement touché.

Washington a annoncé des mesures similaires : l’interdiction des exportations de produits de luxe américains – montres, véhicules, vêtements, alcool, bijoux – à destination de la Russie et de la Biélorussie est entrée en vigueur dès aujourd’hui, a annoncé le département du commerce américain.


 (SOURCE) : lemonde.fr



Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

L’inflation atteint 6,1 % en juillet en France, un record depuis 1985

Assa Traoré sur le plateau des Glières, « une provocation scandaleuse »

[VIDEO] - Saint-Denis : une violente rixe oppose des Egyptiens et des Algériens

[VIDEO] - « On en est à venir aux mains » : Rachida Dati et Anne Hidalgo en froid, Pascal Praud a son avis sur la brouille