Guerre en Ukraine : un hôpital pédiatrique bombardé, trois morts dont une fillette

La Russie poursuit son invasion en Ukraine, même si les sanctions économiques et diplomatiques pleuvent.

Image d'illustration

Au quinzième jour d’offensive, les combats entre les troupes russes et ukrainiennes ne faiblissent pas. L’armée russe, menée par Vladimir Poutine, s’approche peu à peu de la capitale Kiev. Le réseau électrique de la centrale de Tchernobyl, qui a été le théâtre de l’un des plus graves accidents nucléaires au monde en 1986, a été complètement coupé. C’est ce qu’a annoncé l’opérateur ukrainien Ukrenergo, mercredi 9 mars. Des bombardements ont lieu dans de nombreuses villes du pays. La mairie de Marioupol a annoncé que le bilan des pertes civiles dans sa ville s’élevait à 1 207 morts. Plus de 2 millions d’Ukrainiens ont fui leur foyer pour éviter la guerre. Ce jeudi 10 mars, une rencontre entre les ministères des Affaires russes et ukrainiennes est attendue à Antalya, en Turquie

Trois morts après les bombardements de l’hôpital de Marioupol

Un hôpital pédiatrique et une maternité ont été visés par des frappes à Marioupol. Les bombardements ont provoqué la mort de trois personnes dont une petite fille, ont informé les autorités locales, relate BFMTV. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a réagi sur RTL : « Les frappes de la Russie contre l’hôpital pédiatrique de Marioupol sont inhumaines et lâches. Ce sont des femmes, des enfants, des soignants qui ont été ciblés. C’est inqualifiable, et nous appelons à nouveau au cessez-le-feu. »

Entretien entre les chefs de la diplomatie russe et ukrainienne ce jeudi

Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien doivent se rencontrer à Antalya, en Turquie, ce jeudi 10 mars pour de nouvelles discussions. Ainsi, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, recevra dans la ville du sud de la Turquie son homologue russe, Serguei Lavrov, et ukrainien, Dmytro Kuleba, relaie BFMTV. Comme Emmanuel Macron, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’efforce de garder contact aussi bien avec l’Ukraine qu’avec la Russie afin d’« éviter que la crise ne se transforme en tragédie ».

Un hôpital pédiatrique de Marioupol bombardé

Des frappes russes ont visé un hôpital pédiatrique et une maternité, situés à Marioupol, où 1 207 morts ont été déplorés la veille par la mairie de la ville portuaire. Comme le relate BFMTV, ce jeudi 10 mars, 17 adultes seraient blessés. Le chef d’Etat ukrainien, Volodymyr Zelensky a dénoncé un « crime de guerre » après ces bombardements, relaie BFMTV. Dans une vidéo, l’ancien acteur a déclaré : « Le bombardement aérien est la preuve finale. La preuve qu’un génocide d’Ukrainiens est en train de se produire. » Pourtant, l’ambassadeur de Russie en France a assuré que son pays n’était pas l’auteur de ces attaques puisque l’armée russe ne cible pas d’« installations civiles ».



Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

“ French Lives Matter ” : le site identitaire qui recense les crimes commis contre les “Français de souche” et alerte sur l’ensauvagement

[VIDEO] Afghanistan : un drapeau français sur un cercueil pour célébrer le départ des troupes occidentales

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du lundi 18 avril 2022 sur 01topinfo.fr

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du vendredi 22 avril 2022 sur 01topinfo.fr