Lézignan-Corbières : un gendarme roué de coups devant ses enfants par deux ados de 14 ans

Le militaire, en civil, a voulu faire respecter l’ordre dans une impasse près du collège Joseph-Anglade. Les deux ados s’en sont violemment pris à lui et ont également porté plainte pour agression. Le procureur de la république de Narbonne, Eric Camous, s’est déplacé au collège pour échanger avec les élèves, la direction et les enseignants de l’établissement.

Image d'illustration

Un véritable déchaînement de violence ! C’est ce dont ont été témoin deux personnes, jeudi 10 mars, sur le coup de 8 h 30, dans le quartier du collège Joseph-Anglade, à Lézignan-Corbières. La victime : un gendarme qui, en civil à cette heure matinale, s’apprêtait à conduire ses enfants à l’école avant de prendre son service. Au bout de l’impasse où il habite, plusieurs jeunes ont pris l’habitude de squatter les lieux au point de susciter l’agacement des riverains se plaignant de dégradations, tapages et incivilités en tous genres. Parce qu’ils sont au milieu de la route, le militaire, dans sa voiture, demande à deux jeunes de 14 ans de quitter les lieux et de gagner le collège de façon ferme pour faire preuve d’autorité. Après un échange verbal plus que musclé, le père de famille va indiquer sa qualité de gendarme avant de sortir de son véhicule et de se faire littéralement rouer de coups par les deux jeunes. Une agression si violente que les enfants de la victime, tout comme ceux des témoins, ont été terrorisés.

Les deux jeunes se disent aussi victimes

es deux présumés agresseurs vont alors s’enfuir à toutes jambes pour rejoindre leur établissement scolaire, criant, affolés, qu’ils venaient de se faire agresser, le gendarme en civil s’étant mis à leurs trousses. Ils vont même porter plainte, affirmant que le militaire avait donné le premier coup.

Face à cette situation, le procureur de la république de Narbonne, Eric Camous, pour lever toute ambiguïté, a dessaisi les gendarmes de Lézignan-Corbières de l’enquête en flagrance, avant de saisir la brigade de recherches de Narbonne avec l’accord du commandant de compagnie qui a, de son côté, confié les investigations à la brigade de Vinassan.

Le représentant du parquet a également tenu à se déplacer au collège Anglade. Il en explique les raisons : "L’école, quand elle a mis en protection ces deux jeunes qui ont accouru vers elle, a joué son rôle pleinement. Je me suis déplacé car ce triste événement a ému les élèves du collège. Ils ont entendu les propos des deux adolescents qui, au regard des éléments dont je dispose, sont faux. J’ai voulu sensibiliser à la problématique des violences, du respect des adultes, de la tranquillité d’autrui et sur le bien-vivre ensemble : une action qui s’inscrit dans la droite ligne de la réunion organisée à l’automne dernier avec les chefs d’établissements."

Avec l’accord du principal, "qui s’est montré disponible, attentif et réactif", tient à préciser Eric Camous, le procureur a donc échangé avec les élèves et l’équipe enseignante dans "une perspective pédagogique, d’apaisement, d’information et d’enrichissement". "J’ai tenu à aller vite, à me rendre sur place en application de l’article 11 de la procédure pénale compte tenu de l’émotion suscitée mais aussi du risque de diffusion d’informations fausses ou inexactes, dans un contexte scolaire particulièrement sensible aux échanges trop rapides sur les réseaux sociaux."


 (SOURCE) : ladepeche.fr



Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

“ French Lives Matter ” : le site identitaire qui recense les crimes commis contre les “Français de souche” et alerte sur l’ensauvagement

[VIDEO] Afghanistan : un drapeau français sur un cercueil pour célébrer le départ des troupes occidentales

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du lundi 18 avril 2022 sur 01topinfo.fr

[RÉCAP ✔] Retrouvez avec nous les articles du vendredi 22 avril 2022 sur 01topinfo.fr