Antiquités pillées: un commerce illicite devenu massif depuis les Printemps arabes

L'enquête sur un vaste trafic d'antiquités pillées au Proche et au Moyen-Orient, impliquant un ancien président du musée du Louvre, lève le voile sur ce commerce illicite devenu "massif", accru depuis les Printemps arabes, selon des spécialistes interrogés par l'AFP.

Image d'illustration

Au coeur de ce trafic: des objets pillés sur des sites archéologiques dont des nécropoles, "véritables supermarchés à ciel ouvert" dans "des pays en guerre ou instables politiquement" comme la Syrie, l'Irak ou l'Egypte, mais "aussi en Amérique latine et en Afrique", dit à l'AFP Vincent Michel, professeur d'archéologie de l'Orient à l'université de Poitiers. Cet expert dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels décrit une "chaîne sophistiquée": depuis les pays sources, via des pays de transit (Asie, pays du Golfe, Israël et Liban) vers des pays de destination (mondes anglo-saxon et européen mais aussi de plus en plus Russie, Japon, Chine ou pays du Golfe) qui abritent les acheteurs et nombre de musées ou projets de musées.

[…]


( LIRE L'ARTICLE COMPLET ) : ICI

Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

L’inflation atteint 6,1 % en juillet en France, un record depuis 1985

Assa Traoré sur le plateau des Glières, « une provocation scandaleuse »

Johanna Clermont : qui est le nouveau visage de la chasse en France?

[VIDEO] - « On en est à venir aux mains » : Rachida Dati et Anne Hidalgo en froid, Pascal Praud a son avis sur la brouille